Epigramme de M. de Voltaire contre M. Piron

Le vieil auteur du cantique à Priape1,
Humilié s’en allait à la Trappe,
Pleurant le mal qu’il avait fait jadis.
Mais son curé lui dit : « bon Métromane,
C’est bien assez d’un plat De profundis2.
Rassurez-vous : le Seigneur ne condamne
Que les vers doux, faciles, arrondis,
Qui savent plaire à ce monde profane.
Ce qui séduit, voilà ce qui nous damne.
Les rimeurs durs vont tous en paradis. »

  • 1. 1er février 1768. Épigramme de M. de Voltaire contre M. Piron (M.)
  • 2. M. Piron fit mettre il y a quelques annés dans le Mercure de France un De Profundis en vers assez mauvais, accompagné d'une lettre où il désavouait tous les ouvrages de sa jeunesse et en demandait pardon à Dieu et au public. M. de Voltaire, qui n'a jamais été son ami, vient de faire à ce sujet une épigramme excellente (CLK)

Numéro
$2253


Année
1768

Auteur
Voltaire / Marmontel (Poésies satyriques)

Description

9 vers

Notes

Serait, selon Piron, une réponse à $5045, à quoi Piron à son tour rétorque par $5046.


Références

F.Fr.15034, p.167 - Mémoires secrets, II, 852 - Piron, OC, t.IX, p.182 - CLK, V,3, p.271 - CSPL, V, 8 - Poésies satyriques, p.29 - Choix d'épigrammes, p.74

Mots Clefs
Voltaire, Piron