Réponse à MM. de La Harpe et de Chabanon

Réponse à MM. de La Harpe et de Chabanon

Ils ont berné mon capuchon ;

Rien n’est si gai ni si coupable.

Qui sont donc ces enfants du Diable

Disait saint François, mon patron ?

C’est La Harpe, c’est Chabanon.

Ce couple agréable et fripon

À Vénus vola la ceinture,

La lye au divin Apollon,

Et les pinceaux à la nature.

Je le crois, dit le pénaillon,

Car plus d’une fille m’assure

Qu’ils m’ont aussi pris mon cordon.

Numéro
$5972


Année
1767 novembre

Auteur
Voltaire

Description

12 vers

Notes

Réponse de Voltaire à $2247 et $2248. M. Paul de Bernard nous signale posséder une lettre adressée le 4 octobre 1767 par Jean-Honoré Fragonard à son "cousinet" Honoré Fragonard, dans laquelle cet échange entre Voltaire, La Harpe et Chabanon est reproduit.


Références

CLG [ed. Tourneux], VII, p.454 - CLK, V,1, p.238-39. Autres références dans les Oeuvres complètes de Voltaire, tome 63b, p.590-91. Le poème souvent repris dans la presse périodique  du moment ne figure dans aucune édition avant celle de Kehl.

Mots Clefs
voltaire, Chabanon, La Harpe