Epitaphe

Ici gît ou plutôt frétille
Voisenon1, frère de Chaulieu :
A sa muse vive et gentille
Je ne prétends pas dire adieu,
Car je m’en vais au même lieu,
Comme cadet de la famille2.

 

Ici gît ou plutôt frétille

Voisenon, bâtard de Chaulieu.

A sa muse, Catin gentille,

Quoique brouillée avec le Dieu

Qui sur le Pinde règne et brille,

Je ne dis pas un long adieu ;

Car je pars bientôt pour ce lieu

Comme cadet de la famille (CSPL)

  • 1. 30 Décembre. On sait que M. de Voltaire était fort lié avec l’abbé de Voisenon, c’est-à-dire autant que deux gens de lettres peuvent l’être. Quoi qu’il en soit, il était naturel que le premier célébrât la mort de l’autre ; c’est ce qu’il a fait par une épitaphe, où l’on voit que la douleur ne l’a pas empêché de s’égayer sur cette triste matière. Voici comme il caractérise son confrère, l’académicien (M.)
  • 2. M. de Voltaire a griffonné cette espèce d'épitaphe pour l'abbé de Voisenon […] M. de Voltaire est bien modeste. Il s'abaisse jusqu'à s'associer l'abbé de Voisenon, un de nos plus médiocre barbouilleurs de rime. Il ne faut pas trop se reposer sur ces prétendus actes d'humilité; il est permis au reste à Jupiter de descendre jusques aux fêtes saturnales; cela ne tire point à conséquence (CLS et CSLP).

Numéro
$2384


Année
1775

Auteur
Voltaire

Description

Sixain


Références

BHVP, MS 699, f°22r - Mémoires secrets, V, 1125 - La Harpe, CL, t.I, p.301 - ClS, 1776, p.6 - CSPL, II, p.306

Mots Clefs
Voisenon, ci-gît