Vers de Voltaire et Roy sur la mort de Mme du Châtelet

Vers de Voltaire sur la mort de Mme du Châtelet,

morte en couches à Lunéville en Lorraine

le 10 de septembre 1746, âgée de 44 ans.
L'univers a  perdu la sublime Emilie
Elle aima les plaisirs, les arts, la vérité
Les dieux en lui donnant leur âme et leur génie
N'avaient gardé pour eux que l'immortalité.

 

Réponse à l'épitaphe

que M. de Voltaire

a faite pour Mme du Châtelet1

Quoi ! cette chaste et tendre amie,
A tes fougueux excès si longtemps asservie,
Expire et tu ne la suis pas ?
Au lieu de vers sur son trépas,
Fais preuve de bon cœur une fois dans ta vie,
Poète anglais, va, cours te pendre de ce pas.

  • 1. par le poète Roy.

Numéro
$3897


Année
1749 septembre

Auteur
Roy

Description

Sixain

Notes

Le texte de Voltaire apparaît parfois seul.


Références

Clairambault, F.Fr.12719, p.255 - F.Fr.10478, f°355-56 et f°361 - F.Fr.15153, p.195 - NAF.9184, p.431 - Arsenal 2964, f°53r - Arsenal 3128, f°351v - Arsenal 3133, p.378 - CLG Raynal, ed. Tourneux, I, 367 - Choix d''épigrammes, p.121

Mots Clefs
Vers de Voltaire sur la mort de Mme du Châtelet, avec reprise satirique