Vers adressés à M. Mercier par un de ses amis.

Vers Adressés à M. Mercier par un de ses amis.

Monsieur Mercier, vous êtes un grand homme !

Que votre prose est belle et que vos vers sont beaux !

Que de moralité dans vos contes moraux !

Vous manquez aux beaux  jours et d’Athènes et de Rome ;

Ils renaissent ici grâces à vos travaux,

Monsieur Mercier, vous êtes un grand homme !

 

Votre Essai dramatique est de toute beauté ;

Comme vous y prouvez avec sagacité

Que ce Corneille tant vanté,

Et ce Racine par l’envie

Jusqu’à ce moment respecté,

N’ont pas connu l’art de la tragédie.

Comme c’est beau ! comme c’est écrit ! comme…

Ma foi ! Monsieur Mercier, vous êtes un grand homme !

 

Ah, dans vos drames enchanteurs

Quelle simplicité ! quel ton philosophique !

Comme avec vous Thalie est pathétique !

Et qu’elle s’y prend bien pour corriger les mœurs !

Ah quand on vous a lu, comme on dort d’un bon somme !

Comme on a le cœur gros ! comme on est contristé !

Et que cela vaut mieux que la folle gaieté

Dont depuis si longtemps Molière nous assomme !

Je le répète en vérité :

Monsieur Mercier, vous êtes un grand homme !

Numéro
$8065


Année
1780

Description

3 couplets irréguliers


Références

CSPL, t.X, p.315-16

Mots Clefs
Eloge ironique de Sébastien Mercier par un de ses "amis".