Sur La Harpe

Le voilà donc ce petit virtuose1,
Toujours s’aimant sans avoir de rivaux !
Écrivaillant, soit en vers, soit en prose,
Et sous Lacombe2 alignant ses journaux !
Comme aux sifflets chaque jour il s’expose
Pour deux écus, aux badauds de Paris
Il vend en vain des Césars travestis,
C’est pour tomber qu’il joute avec La Pause3.
Ce grand auteur, si j’en crois ses écrits,
De ses héros fait mal l’apothéose :
Timoléon4 meurt le jour qu’il est né ;
Pour Mélanie5 on bâille à bouche close
En admirant ce drame infortuné ;
Et Suétone, à périr condamné,
Va dans la tombe où Gustave6 repose.

  • 1. 4 décembre. Le sieur Piron, si fécond en saillies et en épigrammes, ne tarit pas sur le compte du sieur de La Harpe ; il en a fait encore trois à l’occasion du Suétone. Voici la première qu’on connaît : (Mémoires secrets)
  • 2. Libraire chargé de plusieurs journaux. (M.) (R)
  • 3. Autre traducteur du même ouvrage. (M.) (R)
  • 4. Tragédie de M. de La Harpe. (M.) (R)
  • 5. Drame du même auteur. (M.) (R)
  • 6. Autre tragédie du même. (M.) (R)

Numéro
$1323


Année
1771 / 1770 (Mémoires secrets)

Auteur
Piron (F.Fr.13651)

Description

15 vers

Notes

$1322, $1323, $1324 sur le même sujet par Piron


Références

Raunié, VIII,245-46 - F.Fr.13651, p.469 - Mémoires secrets, III, 1441

Mots Clefs
Sur la traduction de Suétone que La Harpe venait de publier