Sur Flins

           Sur Flins1

Des léthargiques rimeurs

Flins est bien le coryphée ;

Lui seul vaut mille endormeurs ;

C’est le vrai fils de Morphée ;

Ce dieu coule dans ses sens.

Sa lourde muse est coiffée

De pavots assoupissants.

Qui pourrait troubler sa vie ?

Il n’est pas jusqu’à l’envie

Qui ne dorme à ses accents.

  • 1. Carbon de Flins des Oliviers a fait beaucoup de vers insérés dans les recueils et les almanachs. Il est auteur de deux petites pièces jouées à la Comédie-Française : l’Hôtesse et le Réveil d’Épiménide.

Numéro
$7899


Auteur
Écouchard-Lebrun

Description

Dizain


Références

Écouchard-Lebrun, p.412-13

Mots Clefs
Contre le poète Carbon de Flins