Un Petit trou

                   Un petit trou1
Heureux qui peut avoir un petit trou chez soi,
Pour corriger du froid la maligne influence !
Possesseur d’un tuyau, j’avais quelque espérance
D’avoir tout comme un autre un petit trou chez moi,
Et même, afin qu’il soit plus à ma convenance,
J’en voulais faire un tout exprès.
Mais certain Montamy s’oppose à mes projets,
En assurant qu’il est assez de trous en France,
Sans en demander un donnant sur le Palais.
Par cet arrêt fatal, l’hiver et sa froidure
De mes jours grelottants vont raccourcir le fil,
Et c’est, en vérité, grêler sur le persil
Que de grêler sur ma figure.
Oh ! prince bienfaisant, agréez et souffrez
Qu’un pauvre petit trou me fasse enfin renaître ;
J’invoquerai l’Amour pour qu’il vous rende maître
De tous ceux que vous désirez2.

  • 1. Autres titres: Placet à M. le duc d'Orléans, par M. l'abbé de Voisenon, avec réponse du duc. (F.Fr.10479) - Placet de M. l’abbé de Voisenon à M. le duc d’Orléans, pour avoir permission de passer le tuyau d’un poêle sur le jardin du Palais Royal, à quoi M. de Montamy s’opposait. (M.) (R)). Voir la mise au point dans CLG,IV,165, note17.
  • 2. La réponse du prince fut : « L’abbé, je voudrais savoir faire des vers pour vous répondre ; faites votre trou et priez pour moi. » (M.) (R)

Numéro
$1118


Année
1753 / 1763 selon F.Fr.13651

Auteur
Voisenon

Description

17 vers


Références

Raunié, VII,219-20 - F.Fr.10479, f°206 - F.Fr.13651, p.137 - BHVP, MS 651, p.213-15 - 

Mots Clefs
Supplique de Voisenon au duc d'Orléans