Soubisade

Soubisade
Le prince1 dit, la lanterne à la main :
J’ai beau chercher ! où diable est mon armée ?
Elle était là pourtant hier matin ;
Me l’a-t-on prise, ou l’aurais-je égarée ?
Ah, je perds tout ! Je suis un étourdi.
Mais attendons grand jour, à midi
Que vois-je ? O Ciel que mon âme  ravie,
Prodige heureux, la voilà, la voilà.
Eh, ventrebleu qu’est-ce donc que cela ?
Je me trompais, c’est l’armée ennemie. (Arsenal 3128)

Le prince dit, la lanterne à la main :
J’ai beau chercher ! où diable est mon armée ?
Elle était là pourtant hier matin ;
Me l’a-t-on prise, ou l’aurais-je égarée ?
Prodige heureux ! la voilà, la voilà !
O ciel ! que mon âme est ravie !
Mais non, qu’est-ce donc cela ?
Ma foi, c’est l’armée ennemie. (F.Fr.10479)

 

  • 1. Soubise

Numéro
$1163


Année
1758

Description

Huitain


Références

Raunié, VII,288 - Clairambault, F.Fr.12721, p.289 - F.Fr.10479, f°586r - Arsenal 3128, f°371r

Mots Clefs
Soubisade, Rossbach