Soubisade

Soubisade1
Frédéric, combattant et d’estoc et de taille,
Quelqu’un au fort de la bataille,
Vint lui dire : Nous avons pris…
Qui donc ? — le général Soubise. —
Oh ! morbleu, dit le roi, tant pis !
Qu’on le relâche sans remise.
Je connais du sujet l’importance et le prix,
Et sa présence ici me deviendrait contraire,
Au lieu qu’il m’est très nécessaire
A la tête des ennemis.

  • 1. - Traduction en vers de quelques bons mots de plaisanteries qui ont couru dans Paris sur le compte de M. de Soubise. (M.) Voir la série des Soubisades, $1162/1172 — Charles de Rohan, prince de Soubise (17151787), favori de Louis XV et de Mme de Pompadour, avait été placé à la tête d’un corps d’armée qu’il réunit aux troupes de l’Empire commandées par le prince de SaxeHildburghausen. Le général autrichien voulut attaquer Frédéric II, malgré les intentions de Soubise qui comptait se borner à le harceler, et l’armée franco-impériale fut écrasée à Rosbach, le 5 décembre 1757. (R)

Numéro
$1162


Année
1758

Description

Dizain


Références

Raunié, VII,287-88 - Clairambault, F.Fr.12721, p.313 - Avignon BM, MS 1223, p.132

Mots Clefs
Soubisade, Rossbach