Sans titre

Est-ce donc là cette Excellence,

Hélas, mon Dieu,

Dont on vante tant la vaillance

A certain jeu.

Il a pour des exploits si grands

Mainte apparence.

Belle, pour choisir des galants,

Ne quittez point la France.

 

Malgré la grande renommée

Des Ottomans,

Cesse d’avoir l’âme alarmée,

Tendres amours,

Et vous, dormez, jaloux maris.

En assurance

Les plus dangereux favoris

Sont du pays de France.

 

L’Europe aussi bien que l’Asie

A des héros

Qui donnent de la jalousie

A leurs rivaux

Et pour porter au changement

Brunettes et blondes

Ne craindront plus un bon traitant

Que tous les Turcs du monde.

 

En vain vous montrerez, Mesdames,

Un cœur léger,

Espérant trouver plus de flammes

Chez l’étranger,

Même talent nous sont donnés

Par la nature.

A Paris nous avons des nez

Qui sont de bon augure.

 

Sur l’espoir de revoir trois queues,

Disait Catin,

Je fais, je crois, plus de deux lieues

Certain matin.

J’ai perdu mon temps et mes pas.

Quelle infortune !

Hélas, je n’eus seulement pas

Le plaisir d’en voir une.

Numéro
$8207


Année
1742

Sur l'air de ...
Pélerins

Description

5 x 8


Références

F.Fr.12675, p.426-27

Mots Clefs
les queues de l'ambassadeur turc