Sans titre

Le frère Ange de Charolais1
Dont on voit ici la peinture
Du grand cordon de Saint-François
De Vénus a fait la ceinture.

 

Beau saint François, ne souffrez pas
 Qu'on perce vos mains délicates,
Dites à l'ange : c'est plus bas
Qu'il faut appliquer ces stigmates.

  • 1. Au bas d'un portrait de Mlle de Charolais, étaient écrits les vers qui suivent: Le frère Ange de Charolais / Dont on voit ici la peinture / Du grand cordon de Saint-François / De Vénus a fait la ceinture. L'abbé de Grécourt, interrogé par feu M. le duc d'Orléans comme il trouvait ces vers, lui répondit: Monseigneur, ils ne sont pas mal, mais on aurait pu les tourner autrement et la même idée aurait été remplie, voici comment: Beau saint François, ne souffrez pas / Qu'on perce vos mains délicates, / Dites à l'ange, c'est plus bas / Qu'il faut appliquer ces stigmates. Clairambault, F.Fr. 12699, p. 506 quater (1729) Chanson sur le portrait de Mlle de Charolais peinte en habit de cordelier par Gobert, au mois d'août 1718 (Arsenal 2961) Même version dans Clairambault, F.Fr. 12697, p.44 Par M. de la Faye (Clairambault, F.Fr. 12697) Autre version dans $0297 et $3824.

Numéro
$3825


Auteur
Voltaire / La Faye

Sur l'air de ...
1718

Description

Quatrain


Références

Arsenal 2934, p.103

Mots Clefs