Requête d’un poète à Mgr d’Argenson

Requête d’un poète à Mgr d’Argenson,

ministre et secrétaire d’État de la guerre

Un jeune élève d’Apollon, 

Élève, j’en conviens, de peu d’importance,

Mais qui remplit un coin dans le sacré vallon.

À ce titre souvent, sûr de votre assistance,

Ose à votre Grandeur dans cette circonstance

Présenter un placet qui ne sera pas long.

 

Mon poltron de laquais qui craint d’entrer en lice,

Bon sujet, bon valet, mais fort mauvais guerrier,

S’étonne que pour la milice

Le Dieu Mars l’ait compris dans son papier terrier.

Oncque il ne fut avide de laurier.

De plus, il a tout lieu de croire

Que la France n’a pas besoin de son appui,

Et que Louis et la victoire

Se passeront bien de lui.

Il sollicite donc la grâce,

Le dirai-je, d’être exempté 

D’aller chez la postérité

Parmi nos héros prendre place.

Car tel est son mépris pour toute vanité

Qu’au renom des Césars il porte peu d’envie

Et qu’à votre Grandeur il demande la vie

Au lieu de l’immortalité.

Numéro
$8183


Année
1743 avrill

Description

22 vers irréguliers


Références

Maurepas, F.Fr.12646, p.245-46

Mots Clefs
Requête d’un poète à Mgr d’Argenson, ministre et secrétaire d’État de la guerre