L'Exemple du Régent

L’exemple du Régent
D’Huxelles dit : Cette paix,
Cette Quadruple Alliance,
Est la perte de la France ;
Je n’y souscrirai jamais.
Contre ces projets iniques,
Je fus toujours indigné.
Après ces mots héroïques,
Le maréchal a signé1.

Quoi ! sous ombre de la paix,
Notre pauvre argent s’envole,
Et le Régent sans parole,
Fera toujours le mauvais !
Misérables que nous sommes,
Il n’est plus de bon Français,
Et le plus méchant des hommes
Nous met sans cesse aux abois !

Tout se fait pour de l’argent,
A la cour comme à la ville ;
Chacun vole, chacun pille,
A l’exemple du Régent2.
Tout se perd dans les provinces.
En vain, dans cet abandon,
On aurait recours aux princes,
Ils n’ont ni sens ni raison.

  • 1. Le fait dont il est ici question se rapporte au traité de la Triple Alliance (1717), et non à celui de la Quadruple Alliance (2 août 1718). Saint-Simon, qui raconte l’histoire, ne laisse aucun doute sur ce point. D’Huxelles, chef du Conseil des affaires étrangères, jaloux du crédit de l’abbé Dubois, refusait de signer le traité conclu par celui-ci à la Haye avec l’Angleterre. « Le Régent le manda, l’exhorta, se fonda en raisonnements politiques ; Huxelles, silencieux, respectueux, ne répondit que par des révérences, et, forcé enfin de s’expliquer sur sa signature, supplia le Régent de l’excuser de signer un traité dont il n’avait ouï parler avant qu’il fût signé à la Haye ; et, quoi que le Régent pût faire et dire, raisons, caresses, excuses, tout fut inutile, et le maréchal s’en retourna chez lui… Le Régent, pressé par l’intérêt de l’abbé Dubois, envoya d’Antin, qu’il instruisit du fait, dire au maréchal d’Huxelles, de choisir : ou de signer, ou de perdre sa place dont le Régent disposerait aussitôt en faveur de quelqu’un qui ne serait pas si farouche que lui. Oh ! la grande puissance de l’orviétan ! cet homme si ferme, ce grand citoyen, ce courageux ministre, qui venait de déclarer deux jours auparavant qu’on lui couperait plutôt le bras que de signer, n’eut pas plutôt ouï la menace, et senti qu’elle allait être suivie de l’effet, qu’il baissa la tête sous son grand chapeau qu’il avait toujours dessus, et signa tout court sans mot dire. » (Saint-Simon.) (R)
  • 2. « Les libelles de ce temps‑là accusent le Régent de s’être emparé de tout l’argent du royaume pour les vues de son ambition, et il est certain qu’il est mort endetté de sept millions exigibles. » (Voltaire.) (R)

Numéro
$0289


Année
1718 (Castries)

Sur l'air de ...
Sommes-nous pas trop heureux ? (Castries)

Description

3 x 8


Références

Raunié, III,47-48 - Clairambault, F.Fr. 2697, p.109-10 -Maurepas, F.Fr.12629, p.331-32 -  Mazarine Castries 3982, p. 239 (1er couplet)

Mots Clefs
Régent, D'Huxelles, Quadruple Alliance