La Banque royale

La banque royale
Au dernier comble de malheur
Enfin la France est parvenue :
Elle n’a plus de conducteur.
Le premier a perdu la vue,
Et d’un certain Melchisedech1
Déjà la science est à sec.

Pour trop chasser dans le Berry2,
Il a perdu son luminaire3.
Il fallait laisser à Riri
La fatigue de cette affaire :
Il faut, pour chasser tel gibier,
Être mulet ou muletier.

Pour accroître le genre humain,
Jadis la sœur connut le frère,
Et des filles, pleines de vin,
S’en firent donner par leur père.
Près de Paris il est un champ
Où telle fille en fait autant4.

Il ne faut pas espérer mieux
De ce que l’on voit dans la France ;
Lorsque l’on ne craint pas les dieux,
Tout est rapine et violence.
Il est bien vrai que le Régent
Se fait un dieu de son argent.

Ceux de cette religion
En suivent fort bien la maxime.
Noailles, par dévotion,
Nous a fait servir de victime ;
Il a fait son coupe-jarret
D’un homme échappé du gibet5.

C’est de là que sort le projet
De l’illustre Banque royale :
Il peut, d’un seul coup de filet,
Emporter tout et gagner Bâle.
Pour lors, trop tard notre Régent
Maudira le demi pour cent.

  • 1. Le Régent. (M.) (R)
  • 2. L’auteur, faisant allusion aux relations supposées entre le Régent et sa fille, joue plaisamment sur le mot Berry. (R)
  • 3. Madame prétend que le mal à l’œil venait d’un coup que le Régent s’était donné en jouant à la paume. Mais Duclos lui attribue comme cause première un coup d’éventail donné par Mme d’Arpajon au prince, qui voulait prendre avec elle des libertés fort insolentes. Le genre de vie du Régent contribuait à entretenir sa maladie, et Madame écrivait, à propos d’une amélioration passagère : « Je crains bien qu’après sa guérison il ne reprenne sa vie désordonnée. Les dames débauchées se remettront à courir après et à le ramener à leurs petits soupers ; alors son œil s’enflammera de nouveau. » (R)
  • 4. La Muette. (M.) La duchesse de Berry avait acheté « cette petite maison à l’entrée du bois de Boulogne, qui était jolie, avec tout le bois devant et un beau et grand jardin derrière ». (R)
  • 5. Law (R)

Numéro
$0247


Année
1717 (Castries) / 1718

Sur l'air de ...
Confiteor (Castries)

Description

6 x 6


Références

Raunié, III 1-3 - Clairambault, F.Fr.12696, p.325-26 - Maurepas, F.Fr.12629, p.139 - F.Fr.9351, f°246-247r - F.Fr.12673, p.283-85 - Arsenal 2390, p.258-60 - Arsenal 2937, f°246r-246v - Arsenal 3115, f°169v-170v - Mazarine, MS 2163, p.355-57 - Mazarine Castries 3982, p. 66-68 - Lyon BM, MS1552, p.238-40 - Lyon BM, MS 1675, f°5v-6r - Toulouse BM, MS 855, f°124v-125v

Mots Clefs
Régent, banque royale, revue de détail