La disgrâce de Simonne

La disgrâce de Simonne1
Le Compère
Eh ! bonjour, dame Simonne2,
Qu’as-tu donc fait de Colin ?
Tout le village3 s’étonne
Qu’il ne file plus ton lin.
Il est d’un si bon plumage,
Il est d’un si beau parage,
Et comment donc, et pourquoi,
S’est-il éloigné de toi4 ?

La Commère
Ah ! vraiment, mon cher compère,
Vous ignorez mes malheurs.
Ce berger ne m’aima guère ;
Dans nos premières ardeurs,
Je voulus user d’adresse
En lui ôtant ma tendresse ;
Mais Colin plus fin que moi
S’aperçut du double emploi5.

Il en conçut tant d’ombrage,
Il m’en voulut tant de mal,
Que pour venger cet outrage
Il éloigna son rival6 ;
Il me dit tout en colère.
Par la morbleu ! je veux faire
Tout seul chez vous la moisson
Et l’œuvre de la maison.

Je répandis quelques larmes
Pour apaiser sa fureur ;
Je fis éclater mes charmes
Et feignis quelque langueur,
Mais je ne pus si bien faire,
Ni conduire mon affaire,
Qu’il ne reconnût en moi
Que je lui manquais de foi.

D’abord il n’en fit usage
Et parut m’aimer si fort,
Que je me crus au village
La maîtresse de son sort.
Mais Colin, ce bon apôtre,
Se rendit maître d’une autre,
Et me chassa de ces lieux7
Qui semblent faits pour les dieux.

Hélas ! tout ce qui me glace
Dans un si pénible état,
C’est qu’une autre a pris ma place,
Dont les traits ont plus d’éclat.
Elle est plus jeune et plus belle8 ;
J’ai beaucoup moins d’esprit qu’elle ;
Elle me le retiendra
Jusqu’au jour du Libera.

Le Compère
Mais aussi, dame Simonne,
Dans un tel contentement,
Pourquoi diable être friponne
Et tromper impunément ?
Un trop grand feu vous allume,
Trop de désirs vous consument.
Allez, de votre dépit
Tout le village se rit.

  • 1. Autre titre: Chanson sur les regrets de Mme de Parabère
  • 2. Dame Simonne personnifie Mme de Parabère, et Colin le Régent. (R)
  • 3. Asnières. (M.) — Le Régent avait donné à Mme de Parabère une maison à Asnières, où il alla la voir pendant assez longtemps ; mais, un jour qu’il faillit périr en passant le bac dont la corde s’était rompue, il fit abandonner à sa maîtresse cette résidence. (R)
  • 4. Mathieu Marais, toujours bien informé, indique les versions qui circulaient au sujet de cette rupture. « Le Régent, écrit‑il, a congédié Mme de Parabère, et lui a conté tout doucement le mot de Mahomet, qui dit à sa maîtresse : « Voilà une belle tête, je la ferai couper quand je voudrai. » Ce trait historique ne plut point à la dame, qui est partie pour Beauran, auprès de Beaumont, et qui, de là doit aller dans une terre peu éloignée. » Et, plus loin : « On dit qu’il a découvert que Mme de Parabère entretenait toujours une correspondance avec le chevalier de Beringhem, par le moyen de M. de Breteuil, intendant de Limoges, qui lui envoyait les lettres du chevalier dans ses paquets. On trouve ces Breteuil partout ; mais ils ne se mêlent pas de bonnes affaires. » (R)
  • 5. L’aventure en question remontait au mois de janvier de la même année. « On a su que le Régent est allé chez Mme de Parabère, dans le carrosse du marquis de Biron, avec un seul laquais, qu’il est entré par surprise dans sa maison, qu’il l’a trouvée avec quatre jeunes gens, et entre autres le chevalier de Beringhem, dont il est jaloux, qu’il a battu sa maîtresse et l’a jetée par terre, et qu’elle s’est relevée et lui a chanté pouille, et qu’il est revenu au Palais-Royal, où il a voulu engager Nocé à les raccommoder ; mais il n’a pas voulu s’en charger. Il l’aime à la rage. » (Journal de Marais) (R)
  • 6. L’amour violent que le Régent éprouvait pour Mme de Parabère le fit sortir en cette circonstance de sa modération habituelle. Lui qui tolérait d’ordinaire ses rivaux à la cour sans leur témoigner ni haine, ni jalousie, exila à Limoges le chevalier de Beringhem. Mais, comme on a pu le voir, ce fut sans succès. (R)
  • 7. Asnières. (M.) (R).
  • 8. Allusion à Mme d’Averne. « On parle beaucoup de Mme d’Averne, qui est très belle et que le Régent voudrait avoir. Les articles sont proposés, mais non encore acceptés. Cent mille écus pour elle, une compagnie pour son mari… Elle s’appelle de Brégy, en son nom, est fille de condition, jeune, belle et bien faite. Son mari s’appelle Ferrand d’Averne, il est lieutenant aux gardes. Il a l’incommodité de tomber du haut mal ; cocu de plus, non pas d’aujourd’hui. — On a dit que, de même que le Parlement n’a pas voulu rentrer dans Paris qu’après que Law en serait dehors, ainsi Mme d’Averne n’a voulu se livrer qu’après que Mme de Parabère serait chassée. Ainsi elle a le triomphe entier. » (Journal de Marais.) (R)

Numéro
$0451


Année
1721

Sur l'air de ...
Quand Moïse fit défense d'aimer la femme d'autrui

Description

Dialogue entre Compère et Commère


Références

Raunié, IV,35-38 - Maurepas, F.Fr.12630, p.408-10 - Arsenal 2962, p160-66 - Arsenal 3231, p.628-30

Mots Clefs
Régent, amours, Mme de Parabère, parabole villageoise, Mme d'Averne