Argenson

Épigramme sur d’Argenson
Sans flatter d’Argenson, c’est le plus digne choix
Qu’eût pu faire en tout temps le plus sage des rois
Pour régir dignement les sceaux et la finance ;
Tout enfant qu’est le nôtre, il a fort bien compris
Que ce grand magistrat qui réglait tout Paris
Pouvait facilement régler toute la France1.

  • 1. « L’État ne gagna pas à ce changement ; mais Paris perdit le meilleur lieutenant de police qu’il y ait eu. D’Argenson, avec une figure effrayante qui imposait à la populace, avait l’esprit étendu, net et pénétrant, l’âme ferme et toutes les espèces de courage. Il prévint ou calma plus de désordres par la crainte qu’il inspirait que par des châtiments. Beaucoup de familles lui ont dû la conservation de leur honneur et de la fortune de leurs enfants, qui auraient été perdus sans ressource auprès du roi, si ce magistrat n’eût pas étouffé bien des frasques de jeunesse. Fontenelle a parfaitement peint le plan de la police de Paris, et d’Argenson l’a rempli dans toute son étendue, mais, comme sa fortune était son principal objet, il fut toujours plus fiscal qu’un magistrat ne doit l’être. » (Duclos.) (R)

Numéro
$0272


Année
1718

Description

Sixain


Références

Raunié, III,32-33

Mots Clefs
Régent, 1er marquis D’Argenson, panégyrique