Epitaphe du Régent

Épitaphe du Régent1
Passant, ci-gît un esprit fort
Dont le sort est digne d’envie :
Il a su jouir de la vie
Et n’a point aperçu la mort.


On dit qu’il ne crut point à la Divinité,
Mais c’est une imposture insigne :
Plutus, Cypris, et le dieu de la vigne
Lui tinrent lieu de Trinité.

  • 1. Autre titre :Epitaphe sur le Régent mort subitement d'apoplexie à Versailles, le 2 décembre 1723 (Arsenal 2962)

Numéro
$0563


Année
1723

Description

2 x 4

Notes

Une autre versionen $7272


Références

Raunié, IV,278 - Clairambault, F.Fr.12699, p.59 et 77 -Maurepas F.Fr.12631, p.96 - F.Fr.9352, f°12v-13r F.Fr.15018, 147r - F.Fr.15152, p.205 - NAF 9184, p.41 - Arsenal 3130, p.157 - Arsenal 2962, p.196 - Arsenal 3132, p.662 - BHVP, MS 670, f°91r (variantes) - Mazarine 2356, f°3v - Mazarine 2356, f°20r - Mazarine, MS 4035, Pièce 28 - Lille, BM, 66, p.420-21 - Barbier, Chronique, t. I, p. 495

Mots Clefs
Régent, épitaphe, ci-gît