Sans titre

Puisqu'un Gesvres a fait un garçon1
Je puis bien faire une chanson.
Cette heureuse naissance,
Hé bien
Nous fait voir leur puissance.
Vous m'entendez bien.

  • 1. Par la princesse de Neuchâtel, tante de la comtesse de Gesvres, sur la naissance de son premier fils. (Arsenal 2932) - Voici un couplet impromptu que l'on a fait sur l'accouchement de Mme de Tresmes. Le sel de ce couplet consiste en ce qu'il est un coup d'essai, celui qui en est l'auteur n'ayant jamais fait de chanson (Journal de la cour et de Paris) Les Tresmes étaient une branche de la famille des Gesvres, pour lors menacée d'extinction.

Numéro
$1767


Année
1734 1733 (Arsenal 2934)

Sur l'air de ...
Vous m'entendez bien

Description

Quatrain et refrain

Notes

Le frère de ce Duc essaya l’année dernière, de venger l’honneur de sa famille, en se mariant ; et heureusement pour lui, sa femme est accouchée au bout d’un an d’un garçon. C’est ce qui donna lieu à une Dame, à qui l’on en apprit la nouvelle, de chanter l’impromptu suivant (Glaneur historique, 8 juin 1733)

 


Références

F.Fr.12675, p.76 - F.Fr.15133, p. 307 -F.Fr.15137, p.79 -  Arsenal 2932, f°99r  - Arsenal 2934, p.94 - Arsenal 3116, f°187v - BHVP, MS 542, p.166-67 - BHVP, MS 548, p.157 - BHVP, MS 658, II, p.59 - Mazarine MS 2166, p.321 - Mazarine Castries 3985, p.402 - Lyon BM, MS 1553, p.274-75 - Journal de la cour et de Paris, p.95 - Glaneur historique, 8 juin 1733

Mots Clefs
Plaisanterie sur l'impuissance bien connue du duc de Gesvres