Plainte abrégée du P. Quesnel

Plainte abrégée du P. Quesnel

C’est pour la vérité, pour défendre ses droits

Que j’ai fait un appel que permettent les lois.

À qui donc me plaindrai-je, où sera mon refuge ?

Rome est l’accusatrice et veut être mon juge.

D’ailleurs quel jugement croit-on avoir rendu

Sans que l’on m’ait cité, sans m’avoir entendu.

Quand l’ordre est renversé, rien ne met l’innocence

À couvert de l’injure et de la violence.

Qu’au tribunal suprême où tout soit rapporté,

À l’Église assemblée, à son autorité

C’est là tout mon recours, Rome m’en fait un crime,

Et de sa jalousie on me rend la victime.

Incorruptible juge, exempt de passion,

Public plein d’équité, de modération,

Soutient ma juste cause, et contre ces outrages

Venge nos libertés, nos règles, nos usages.

Numéro
$8175


Année
1720

Description

16 alexandrins


Références

Maurepas, F.Fr.12645, p.339

Mots Clefs
Jansénisme, Plainte abrégée du P. Quesnel