Pièce de vers sur les affaires du temps

Pièce de vers sur les affaires du temps1
Remontrances par ci, remontrances par là2,

Des parlements qu’on sacrifie
Au clergé qui s’en glorifie
Et qui se rit de tout cela
À l’abri d’un pouvoir qu’il prône et déifie,
Mais qu’il n’eut jamais ni n’aura
Sur leurs débats le Conseil s’approprie
Chaque affaire qu’il laisse là
Aussi tout est en léthargie.
Prêtres, robins, plaideurs, marchands et cetera,
Ce qui fait aux mourants comme aux gens pleins de vie
Dire : qu’est-ce, grand Dieu, que ceci deviendra ?
Tout beau, censeur, ta plainte est mal ourdie.
N’est-ce rien au Conseil d’avoir mis le holà
Aux projets de la Comédie
Qui voulait usurper les sauts de l’Opéra ?

  • 1. Autre titre : Epigramme sur les remontrances des Comédiens-Français. 1753
  • 2. Vers au sujet des différentes remontrances présentées au roi par les parlements de Paris, Rouen et Aix.(F.Fr.10479)

Numéro
$4676


Année
1753

Description

16 vers


Références

F.Fr.10479, f°209 - Arsenal 2964, f°198r - BHVP, MS 703, f°123r

Mots Clefs
parlement, évêques, conseil, conflit