Chanson sur l’air de l’opéra d’Athis

Chanson sur l’air de l’opéra d’Athis
L’eau qui tombe goutte à goutte perce le plus dur rocher
Au palais de l’harmonie
On débite trop de chant ;
Le récitatif ennuie
Et l’on y bâille souvent.
Une déesse en peinture1,
Image d’antiquité,
N’inspire que la froidure.
Mais l’on se trouve enchanté
D’une nymphe2 qui figure
Les pas de la Volupté.

  • 1. La Dlle Antin (M.)
  • 2. La fille de Mariette (M.)

Numéro
$2709


Sur l'air de ...
L’eau qui tombe goutte à goutte perce le plus dur rocher (opéra d’Athis)

Description

Dizain

Notes

Suivi sur le même thème par $2723


Références

Maurepas, F.Fr.12635, p.135 - F.Fr.13662, f°137r - F.Fr.15147, p.381-82 - F.Fr.15231, f°210r - BHVP, MS 659, p.88-89

Mots Clefs
Opéra, Mlle Antin, fille de Mariette, mérite tous les éloges