La Francinade

La Francinade
Près d’un palais dont fut Lutèce ornée
J’ai vu prélat à toque enluminée.
Il est un lieu de mimes habité
Et des badauds en tout temps fréquenté,
Où pour réaulx, ducatons et pistoles
Sont trafiquées chansons et caprioles.
Là plus d’un chantre à cet effet renté
Vient en public prêcher l’impureté.
Là sont l’argent, le brocard, la dorure,
Gît l’impudence et brille la luxure
Et ont illec reçus grands et petits
A marchander des crimes à tous prix.
Le directeur de ce bureau de joie
Est un ribaud, des plus francs qui se voye,
Pipeur, escroc, sycophante, menteur,
Fléau des bons, des méchants protecteur,
Ne connaissant foi, loi, dieux ni déesses
Fors celle-là qui préside aux souplesses,
Aux vols furtifs, aux fourbes, en un mot
A cette sainte, il fut longtemps dévot.
Là célébrait par gentille chapelle,
Par menus dons, robe neuve, chandelle,
Finalement tant au soir qu’au matin
Lui récitait d’un ton de Théatin
Cette oraison : O Saverne sacrée,
O des larrons déesse révérée,
Toi qu’à Bayeux implore le Normand
Apprends-moi l’art de tromper dextrement.
Fais qu’à fourber nul fourbe ne me passe
Et qu’en fourbant honneur et los j’amasse,
Ni qu’exerçant mon talent de vaurien
Je sois tenu pour un homme de bien.
O ma patronne, O ma dive concierge,
Je te promets, outre le don d’un cierge
De te fonder si tu me condescends
Tous les matins un déjeuner d’encens.
Tel vœu faisait, car de belles promesses
Le franc glouton fait volontiers largesses.
Il en fit tant qu’enfin, par une nuit
A ses regards la dive se produit
Lui montre un masque et l’étend sur sa face.
O rare effet, O merveille efficace,
Au même instant, orgueil de loyauté,
Outrecuidance et sotte vanité,
Astuce enfin, et fraude au regard louche
Vices hideux distillant par la bouche
Peints dans ses yeux et sur son front gravés
Comme poussière en furent enlevés
Tout au moyen de la sainte [ill.]
Tout disparut et vit-on en leur place
Front découvert, doux accueil, beau maintien,
Devis honnête et joyeux entretien
Dirai-je plus ? Voilà mon bon apôtre
Par beaux semblants trompant l’un, pillant l’autre,
Du bien d’autrui devenu gras à lard,
Qu’arrive-t-il ? Sitôt que ce paillard
Voit son vaisseau poussé d’un vent propice
Il méconnut d’abord sa bienfaitrice.
Nulle chandelle à sa divinité,
Nul brin d’encens ne lui fut présenté,
Rien ne parut, car outre tous les vices
L’ingratitude et l’oubli des services
Tient le haut bout ; c’est son los affecté,
Comme au faucon c’est la légèreté,
La course aux cerfs, le venin aux vipères,
La force à l’ours et la rage ux panthères.
Or de l’oubli de telle impiété
Tant se piqua la déité
Qu’elle s’en fut, de dépit possédée,
Trouver Mégère à la face ridée
Et Tisiphone et la fière Alecton,
Et Némésis, compagne de Pluton.
Et de ce pas s’en vont les demoiselles
Trouver le sire à qui visites telles
Comme croyez ne plurent autrement.
Lors le troupeau saisit le garnement
Qui par raison ou par art oratoire
Pensa d’abord fléchir la bande noire.
Ces fières sœurs le laissèrent prêcher
Au pied du lit coururent l’attacher
De leurs serpents la peau lui flagellèrent
De leurs flambeaux les sourcils lui brûlèrent.
Bref, tout leur saoul l’ayant berné, hué,
Croquignolé, souffleté, conspué,
Pour dernier trait son masque lui reprirent
Et le visage à nu lui découvrirent,
Dont maintenant ses vices démasqués
Sont de chacun en tous lieux remarqués.
Ce n’est aucun depuis cette aventure
Que de ses mœurs et perverse nature
Ne soit instruit, si qu’un simple estaffier
Ne se voudrait d’une épingle affier
Par quoi privé du don de gabatine
Son gagne-pain, l’espoir de la cuisine,
Des créanciers sans cesse mugueté
Et du sergent le plus souvent guetté
La peur le suit, et lui semble à toute heure
Voir les archers investir sa demeure
Et l’oisillon transférer sa maison
A l’hôpital ou bien à la prison.

Numéro
$4888


Description

97 vers


Références

Arsenal 3128, f°308r-308v - Arsenal 3131, p.211-15

Mots Clefs
Opéra, Francine, diablerie