Vers de M. de Voltaire

Votre amusement lyrique1
M’a paru du meilleur ton.
Les vers sont d’Anacréon.
L’Anacréon de la Grèce
Vaut-il celui de Paris ?
Il chanta la double ivresse
De Silène et de Cypris.
Mais fit-il avec sagesse
L’histoire de son pays2 ?
Après des travaux austères,
Vous célébrez les chimères ;
Elles sont de tous les temps,
Elles nous sont nécessaires,
Nous sommes de vieux enfants,
Nos erreurs sont nos lisères
Et les vanités légères
Nous bercent en cheveux blancs.

  • 1. Vers de M. de Voltaire à M. le président Hénault sur l’opéra des Chimères, représenté chez M. le duc de Belle-Isle. La musique était de M. le duc de Nivernois. (M.)
  • 2. M. le président Hénault a fait un abrégé de l’histoire de France fort estimé. (M.)

Numéro
$4949


Année
1759

Auteur
Voltaire

Description

17 vers


Références

Arsenal 3128, f°382r

Mots Clefs
Opéra des chimères, Hénault, éloge