A propos de Tarare

A propos de Tarare1
Méchants disent, Tarare
Sans doute ratera ;
Pour moi, qui m’en sépare,
Je dis qu’il flattera,
Qu’en foule on y viendra.
Caron de Beaumarchais
Augmente ses succès ;
C’est l’auteur qui fait rire :
Par son genre d’écrire,
Du Français le délire
Se trouve satisfait.
C’est fait, c’est fait,
L’opéra, l’opéra fait effet.

Dans Ormus est la scène.
Atar est grand sultan :
Il met Tarare en peine
De porter le croissant,
Par un trait bien méchant
Spinette et Calpigi,
Pour calmer le souci
De ce pauvre Tarare,
Dont le sort est bizarre,
Lui disent : Gare, gare
Ta tête, ou deviens muet.
C’est fait, c’est fait,
L’opéra, l’opéra fait effet.

Il faut plaire à l’oreille,
Comme il faut plaire aux yeux ;
Aux cieux on voit la terre,
Rien n’est plus merveilleux,
A bas on voit les cieux ;
Illumination
Et décoration :
C’est la plus belle fête,
Qu’un grand sultan apprête,
S’il a perdu la tète,
Pour celle qui lui plaît.
C’est fait, c’est fait.
L’opéra, l’opéra fait effet2.

  • 1. - L’opéra de Tarare, dont les paroles étaient de Beaumarchais et la musique de Salieri, fut représenté pour la première fois à l’Académie royale de musique le 8 juin, avec un succès presque égal à celui du Mariage de Figaro ; le parterre même demanda l’auteur ce qui était sans exemple sur un théâtre lyrique, et Salieri, qui était seul présent, fut entraîné sur la scène par les acteurs. Une lettre du critique Pitra, reproduite dans la Correspondance de Grimm, nous fournit d’intéressants détails sur cette pièce : « Messieurs les notables ont bien fait de baisser le rideau. L’intérêt de tant de discussions, qui n’avaient au fond d’autre objet que le salut de l’État, était bien grave et bien neuf pour nous ; il commençait à fatiguer notre attention, il l’aurait bientôt épuisée. Je ne sais même si tout vif qu’il a paru un moment, ce grand intérêt eût résisté à celui que ne pouvait manquer d’exciter le nouveau chef d’œuvre lyrique du père immortel de Figaro… Le sieur Caron, qui, dans les plus grandes affaires, ne négligea jamais les petits moyens, a cru devoir employer la ressource des lectures particulières pour réveiller, pour préparer l’intérêt et le bruit auquel ses succès l’ont si bien accoutumé ; pendant trois ans il a lu Tarare à la cour, à la ville… Vous ne serez point surpris si, dès que l’on fut instruit que les répétitions de Tarare étaient commencées, notables, renvois de ministres, assemblées provinciale tout disparut devant ce grand phénomène ; Tarare devint l’unique sujet de toutes les conversations ; partout on ne s’entretenait que de Tarare… Après cela, jugez de l’empressement avec lequel on s’est porté à la dernière répétition de cet opéra, lorsque le public apprit qu’il pouvait entrer en payant, léger tribut que l’administration a trouvé bon d’établir sur la curiosité publique, et ce qui n’empêcha point une affluence dont aucune répétition gratis ne nous avait encore offert d’exemple… Jamais aucun de nos théâtres n’a vu une foule égale à celle qui assiégeait toutes les avenues de l’Opéra le jour de la première représentation ; à peine des barrières élevées tout exprès et défendues par une garde de quatre cents hommes l’ont-elles pu contenir Si l’auteur vertueux à qui nous devons Les Noces, jouées cent fois, croit toujours, comme il le dit dans sa réponse au sieur Kornmann, que le public n’aime point à s’amuser de l’ouvrage d’un homme qu’il mésestime, ne doit-il pas être plus convaincu que jamais de l’estime et du respect que lui a voués l’opinion publique. » Pitra terminait sa lettre par ces judicieuses appréciations : « L’auteur de Tarare aura toujours le mérite d’avoir présenté dans cet opéra une action dont la conception et la marche ne ressemblent à celles d’aucun autre ; d’avoir eu le talent d’y donner assez adroitement une grande leçon aux souverains qui abusent de leur pouvoir et de consoler les victimes du despotisme, en leur rappelant que le hasard seul fait les rois et le caractère les hommes. Cette leçon honore le siècle où l’on a permis de la donner sur le théâtre et le pays où la plus douce administration l’empêche d’être dangereuse. Après avoir dit leur fait aux ministres, aux grands seigneurs dans sa comédie du Mariage de Figaro il lui manquait encore de le dire de même aux prêtres et aux rois ; il n’y avait que le sieur de Beaumarchais qui pût l’oser et peut-être n’est-ce aussi qu’à lui qu’on pouvait le permettre. » Le sujet de Tarare explique aisément comment Beaumarchais, en 1790, dans sa Requête à MM. Les représentants de la commune de Paris pouvait invoquer la donnée de cette pièce pour prétendre qu’il avait préparé la Révolution. (R)
  • 2. « M. Verninac de Saint‑Maur, jeune poète qui s’essaye sous le sieur de Beaumarchais, a cherché à le dédommager de toutes les mauvaises plaisanteries qui ont abondé contre son opéra, en composant en son honneur cette chanson » (Bachaumont.)

Numéro
$1593


Année
1787

Auteur
Verninac de Saint-Maur

Description

3 x 13 dont refrain


Références

Raunié, X,260-63 - Mémoires secrets, XXXV, 268-69

Mots Clefs
Opéra, Beaumarchais, plaisante présentation de Tarare