Sans titre

Vos manières nobles et franches1,

Pompadour, vous enchaînez les cœurs.

Tous vos pas sont semés de fleurs,

Mais ce sont des fleurs blanches2.

 

Autre version :

La marquise a bien des appas,

Ses traits sont fins, ses grâces franches,

Et les fleurs naissent sous ses pas ;

Mais hélas ! ce sont des fleurs blanches. 

  • 1. Cette chanson a été faite à l’occasion d’un bouquet de lys que Mme de Pompadour présenta au Roi aux Petits châteaux, qu’elle avait cueillis elle-même dans le jardin. On a prétendu que ce bouquet avait causé la disgrâce de M. de Maurepas, attendu qu’il n’y avait dans ce jardin que M. de Richelieu et lui qui eussent connaissance du fait, et que le jour même on trouva cette chanson sur une des fenêtres des appartements, d’où on a inféré que c’était M. de Maurepas qui l’avait faite.
  • 2. M. le maréchal de Richelieu et M. de Maurepas se trouvant un jour au jardin des Petits-Châteaux, madame de Pompadour cueillit elle-même des fleurs toutes blanches qu'elle présenta au Roi. M. de Richelieu est très adroit; il a le mérite de l'à-propos […] Le soir même il plaça sur la cheminée du roi des vers qu'on conserve ici, et eut soin de les attribuer à M. de Maurepas, et de le persuader à la favorite de Louis XV […] Il fit davantage: il fit circuler ces vers dans Paris. En 24 heures, ils furent aussi connus et aussi multipliés que si on avait employé la presse : tant était détestée madame de Pompadour de ceux qui avaient une certaine délicatesse dans le coeur ! (Mémoires de Maurepas)

Numéro
$4424


Année
1748

Auteur
Maurepas

Description

Quatrain


Références

F.Fr.10478, f°339r et 449r - F.Fr.15153, p.98 - NAF.9184, p.553 - BHVP, MS 550, f°72r - Mémoires de Maurepas, t. IV, p.265 - Versiculets et texticules, p.51

Mots Clefs
Eloge perfide de Mme de Pompadour