Noëls pour la cour de Madame la Duchesse du M.***[Maine]

Noëls pour la cour de Madame la Duchesse du M.***

A Sceaux, c’est un usage,

Aux fêtes de Noël,

Chacun va rendre hommage

A l’enfant immortel.

Car toujours au plaisir, là le devoir s’allie,

Et dans ce saint temps-là la la

La Princesse interrompt don don

Tout bal ou comédie.

 

G*** savait la veille

Un fort beau compliment

Qu’il eût dit à merveille

Et rendu noblement.

Il aurait enchanté l’enfant, Joseph, Marie.

Mais quand il arriva la la

Il resta court, dit-on, don don

Comme à la Comédie.

 

L*** suit et s’avance

D’un air noble et charmant,

Mais dès qu’elle commence

Son joli compliment,

Zilia que toujours avec elle elle porte,

S’échappe de ses bras la la

Veut mordre le poupon don don :

On les mit à la porte.

 

En homme de finance,

D*** venu de loin

Prit pour grossir sa panse

Une botte de foin.

Chacun lui rit au nez, dès le moment qu’il entre,

Et l’on dit que l’ânon don don

Pendant qu’il harangua la la

Lui brouta tout son ventre.

 

Sûr de tous les suffrages

S*** arriva

Pour offrir ses hommages,

Mais on les dédaigna.

L’habit du Glorieux, couvert de broderie,

Qu’il portait ce jour-là la la

Insultait aux haillons don don

De Joseph et Marie.

 

D’un ton si pathétique

Du M*** harangua

Qu’il eut la voix publique,

Et chacun l’approuva.

Sur le piteux état de Joseph et Marie

Si bien il déclama la la

Que de compassion don don

On eut l’âme attendrie.

 

L’ingénieuse S***

Pour le sacré berceau

Fit une pastorale

Dans un goût tout nouveau.

Les bergers y parlaient suivant leur caractère :

Nul auteur de renom don don

Jamais n’en composa la la

De si digne de plaire.

 

En habit de bergère

Y parut C***

Dont tout l’art est de plaire

Par ses simples attraits.

Mais la timidité, quoique vive et charmante,

Fit que l’on la trouva la la

Dans cette occasion don don

Un peu trop indolente.

 

L*** dans la pièce

Un pareil rôle fit

Avec tant de justesse,

D’art, de goût et d’esprit,

Que malgré son accent l’aimable Polonaise

Egala, surpassa la la

Par son geste et son ton don don

Toute actrice française.

 

Le nouveau Tiresie

Si clairvoyant sans yeux,

Par une parodie

Qu’il fit du Glorieux

Prouva bien que du corps lorsqu’il perdit l’esprit,

Dieu l’en récompensa la la

Par un esprit fécond don don

De plus longue étendue.

 

Par des marionnettes

Dans un goût excellent

Qu’un grand prince avait faites

On amusa l’enfant.

D*** qui si bien sait faire le compère

Fit rire le poupon don don,

Joseph en éclata la la

L’âne se mit à braire.

 

Les princes, ces deux frères,

Qu’on a vus de tout temps

Aux vertus militaires

Joindre tous les talents

Formèrent entr’eux un concert magnifique :

L’un du ballon joua la la,

L’autre du violon don don

D’excellente musique.

 

A cette symphonie

V*** unit sa voix

Qui fit une harmonie

Digne du Roi des Rois.

Du céleste poupon il chanta les louanges,

Et si bien les chanta la la

Qu’on confondit ses sons don don

Avec la voix des anges.

 

Sage dispensatrice

Du rôle des acteurs

Qui, toujours sans caprice,

Emploie les meilleurs,

M*** approuva ces innocents spectacles.

On sait le goût qu’elle a la la

Et ses sentiments sont don don

Plus sûrs que des oracles.

 

Entrez dans la carrière,

Divine M.***.

Déjà vous savez plaire

Et c’est l’essentiel.

Aimez à votre tour, voilà tout l’artifice,

Un peu de passion don don

Dans l’instant vous rendra la la

Une excellente actrice.

 

Numéro
$6835


Année
1748

Auteur
Lattaignant

Sur l'air de ...
Bourgeois de Châtres

Description

120 vers


Références

BHVP, MS 557 - Abbé de Latttaignant, Pièces dérobées à un ami, Amsterdam, 1750, 2 vol., t.I, p.193-98

Mots Clefs
Noël par M. l’abbé de Lattaignant.