A M. Necker, ancien directeur général des finances

À M. Necker, ancien directeur général des finances
D’un héros malheureux tu pleures sur la tombe1 ;
Tu nous fais, ô Necker, couler aussi des pleurs ;
Toujours donc un grand homme a des persécuteurs,
Et tôt ou tard, hélas ! sous leurs coups il succombe2.

  • 1. 14 novembre 1785b. Extrait d’une lettre de Moulins, du 8 novembre… En passant par cette ville j’apprends une anecdote que vous ne serez pas fâché de savoir, d’autant que je ne l’ai vu consignée nulle part. M. Necker, revenant des pays méridionaux, il y a quelques mois, changeait de chevaux à la poste : dans l’intervalle il était allé visiter aux ursulines le mausolée du duc de Montmorency, que Pigal regardait comme supérieur à celui du cardinal de Richelieu : le bruit cependant se répandait de l’arrivée de M. Necker, et il s’amassait beaucoup de monde dans l’église. Un jeune homme présent s’enthousiasme à l’instant ; il écrit avec un crayon le quatrain suivant (M.).
  • 2. Ce quatrain transmis de main en main, parvient bientôt à l’ex-ministre et à sa femme, qui veulent en connaître l’auteur ; mais il avait disparu. – L’anecdote est d’autant plus précieuse, que M. Guéau de Réverseaux, alors intendant de Moulins, a été un des agents principaux de la disgrâce de M. Necker, qu’il n’en était devenu que plus odieux au peuple de cette ville, qui l’aurait écharpé, si l’on n’eût retiré d’ici ce commissaire départi pour l'envoyer à La Rochelle… (M.).

Numéro
$2585


Année
1785

Description

Quatrain


Références

Mémoires secrets, XXX, 59

Mots Clefs
Necker, éloge