Sans titre

Ainsi donc vous réunissez1
Tous les arts, tous les goûts, tous les talents de plaire ;
Pompadour, vous embellissez
La Cour, le Parnasse et Cythère.
Charme de tous les coeurs, trésor d'un seul mortel,
Qu'un sort si beau soit éternel !
Que vos jours précieux soient marqués par des fêtes ;
Que la paix dans nos champs revienne avec Louis,
Soyez tous deux sans ennemis,
Et tous deux gardez vos conquêtes2.


Réponse
Pour l’éloge qu’a dicté
La folie ou la malice,
Quel sort faut-il que subisse
L’auteur tant de fois noté ?
La Bastille par justice,
Charenton par charité.  (F.Fr.13659)

  • 1. Impromptu de M. de Voltaire présenté à Madame de Pompadour en sortant de la comédie de l’Enfant prodigue, jouée au château de Saint-Cloud où elle avait fait le rôle de principale actrice. (F.Fr.13659)
  • 2. Ce madrigal est de Voltaire. « Mme de Pompadour est non seulement jeune et belle, mais elle a tous les talents imaginables. Elle joue la comédie parfaitement bien, ce qui fait qu’à Versailles, le Roi, Mesdames, des dames et des seigneurs de la cour représentent souvent des comédies. C’est à ce sujet que Voltaire a voulu s’égayer pour complimenter Mme de Pompadour. Ces vers, présentés au Roi et à la cour de la favorite, ont d’abord paru charmants. Tout y brille pour Mme de Pom­padour. La réflexion a ensuite fait apercevoir bien de la liberté et peu de décence. » (Journal de Barbier.) — Il est dit à ce propos dans une note des Oeuvres de Voltaire (édit. Renouard), que « Mesdames filles du Roi furent indi­gnées de la comparaison des conquêtes du Roi dans ses premières campagnes avec la conquête du cœur de sa maîtresse. Elles persuadèrent au Roi qu’il ne pouvait laisser imprimer ces vers scandaleux et l’exil de Voltaire fut signé. » (R)

Numéro
$1067


Année
1748 / 1749

Auteur
Voltaire

Description

Dizain

Notes

Voir sa parodie en $4913. Egalement $3345


Références

Raunié, VII,150-51 - Clairambault, F.Fr.10718, p.3 - F.Fr.13659, p.227 - F.Fr.15142, p.168-69 -F.Fr.15151, p.302-03 -  Arsenal 3133, p.676 - Barbier, IV, 280

Mots Clefs
Mme de Pompadour, éloge