Sans titre

 

 

 

 

 

45.Sans compter ceux de Ramillies1,

46.Landeriri.

Louis Antoine Pardaillan,
Jadis marquis, duc à présent2,
Landerirette,
Présidera dans ce pays,
Landeriri.

Comme il est intègre et prudent,
Il gouvernera le dedans
Des États du Mississipi3.

Il y sera surintendant,
Car il s'entend aux bâtiments,
Encor mieux à les démolir4.

Il a choisi de bons sujets
Pour exécuter ses projets,
Qui seront peut-être suivis.

Comme il lui faut nombre de gens,
Il va louer des régiments,
De ceux qu'on réforme aujourd'hui.

Il ordonnera des palais
Si beaux, que l'on n'en vit jamais
Semblables en aucun pays.

L'on y verra des monuments,
Des édifices surprenants,
Et des arcs de triomphe aussi.

Un nouveau Louvre il plantera,
Et sans doute il l'achèvera
Dans deux ou trois siècles d'ici.

Les jardins en seront parfaits,
Dès que l'on y en aura fait,
Et les eaux y joueront aussi.

Pour contenter les curieux,
On doit transporter dans ces lieux,
La machine qui tombe ici.

Ce grand pays il ornera
De ponts, de quais, et cœtera,
D'une Samaritaine aussi5,

La magnificence et l'éclat
De ce gros ministre d'État,
Fera chanter dans ce pays :

Que ce seigneur est opulent,
Qu'il est adroit et excellent,
A la façon de Barbari !

Il faut publier ses hauts faits,
Et célébrer ses grands exploits,
Landerirette,
Sans compter ceux de Ramillies6,
Landeriri.

  • 1.  - Lieutenant général à l’armée de Flandre, il avait faibli à la journée de Ramillies et contribué à la déroute de Villeroy. On prétendait que, pendant la mêlée, il s’était caché derrière un buisson. (R)
  • 2. D’Antin avait été créé duc et pair en 1711. (R)
  • 3. Le Régent l’avait nommé président du Conseil du dedans sur l’avis de Saint‑Simon : « Je sentais tout son fumier, dit à ce propos le caustique auteur des Mémoires, mais je n’en pouvais ignorer les perles qui y étaient semées, et je ne voyais personne de rang qui eût plus de talents pour bien remplir cette place. » (R)
  • 4. Il était aussi surintendant des bâtiments, et en cette qualité il aurait dû protéger Marly contre les projets intéressés du duc de Noailles. (R)
  • 5. La pompe de la Samaritaine, qui fournissait l’eau au Louvre et aux Tuileries, était une curiosité du vieux Paris Elle se composait d’un petit pavillon bâti sur pilotis, avec une façade sur le Pont‑Neuf ornée de deux statues en bronze doré représentant Jésus et la Samaritaine auprès du puits de Jacob ; entre les deux figures tombait une nappe d’eau reçue dans un bassin doré ; au‑dessus était une horloge. Dans le principe, l’horloge était surmontée d’un carillon et d’un jacquemart qui sonnait les heures ; mais ils n’existaient déjà plus sous le règne de Louis XIV. Le monument était pourvu d’un gardien affublé du titre de gouverneur. (R)
  • 6. Lieutenant général à l’armée de Flandre, il avait faibli à la journée de Ramillies et contribué à la déroute de Villeroy. On prétendait que, pendant la mêlée, il s’était caché derrière un buisson. (R)

Numéro
$0209


Année
1717

Sur l'air de ...
Lon lan la derirette.

Description

14 x 3 + Landerirette

Notes

Suite de $027 et $0208, certainement d'une autre main.


Références

Raunié, II,254-56

Mots Clefs
Mississipi, duc d'Antin