Sur le livre intitulé Mercure. Requête du Mercure au Régiment de la Calotte

Sur le livre intitulé Mercure1
À Nosseigneurs de la Calotte
Qui, sur tapis semés de rats et papillons
Du peuple timbré de marotte
Entendez les procès, débats et carillons.
Calotte en main, Galant Mercure
Vous remontre très humblement
Que sur le fait de sa lecture
Qu’on croyait un sujet de divertissement,
Il s’est mû procès d’importance
Dont certain juge incompétent
A voulu prendre connaissance
Et même a, depuis peu de temps,
Indûment prononcé sentence,
Contre les lois et l’ordonnance
Du tribunal omnipotent
Qui connaît en première instance
Des différends du Régiment.
Or comme il est de fait notoire
Qu’à bon droit à votre auditoire
J’ai mon Committimus, étant plus que certain
Que Mercure est un calotin.
À ces causes, requiers qu’un arrêt authentique
À votre tribunal fasse évocation
Du différend en question
Et que par acte juridique
Il soit fait inhibition
À d’autres juges d’en connaître
Et aux plaideurs de comparaître
Ni de porter la cause ailleurs
Que par-devant vous, Nosseigneurs,
Sous peine d’amende arbitraire
Et d’ailleurs en jugeant l’affaire
Ses dépens lui accorderez
En ce faisant, fort bien ferez.
Signé Mercure

Les juges souverains de la calotterie
Députés du grand Régiment,
Pour décider absolument
Sans frais et sans supercherie
Les procès mus et à mouvoir
Entre gens de notre manoir,
En faisant droit sur la requête
Que Mercure Galant, personne fort honnête,
A, ce jourd’hui, présenté à la cour,
Vu son Committimus, signé, scellé Grandcour,
Nous évoquons à nous l’instance
Pendante entre certains quidams,
Et circonstance et dépendance,
Rescisoires et rescindants.
Faisons très expresse défense
À tous jugeants, tant bas, moyens que hauts,
Fussent-ils du pays de Caux,
D’en prendre aucune connaissance
Sur les peines de l’ordonnance,
Si mieux n’aiment premièrement
Prendre un brevet du Régiment.
Nous faisons défense semblable
Aux plaideurs de plaider ailleurs que devant nous,
À peine d’amende applicable
À l’hôpital des pauvres fols ;
Au surplus de votre puissance,
Nous déclarons non avenus
Arrêt, jugement et sentence
Qui pourraient être intervenus.
Prononcé dans la cour séante,
Tout près des Petites-Maisons,
Sept auparavant le trente,
Second mois de la plus riante
Et la plus belle des saisons.
Soussigné Cerf-volant, huissier porte-marotte
Au parlement de la Calotte,
Exploitant au pays latin,
District de la Calotterie,
Demeurant rue Étourderie,
Paroisse de Saint-Mathurin,
Requête de Galant Mercure,
Maître de la manufacture
Des vers nouveaux et curieux,
Baron de la littérature,
Seigneur d’énigme et autres lieux,
Lequel a fait en cette ville
Aux fins et causes du présent,
Pour vingt-quatre heures seulement,
Élection de domicile
Chez Monsieur Grippe, procureur,
Demeurant rue du Radoteur,
Signé la présente copie
Au greffe d’une compagnie
Soi-disant chambre du journal,
Ou bien chambre de la lecture,
Mercure galant de galant Mercure ;
Cela n’est rien au principal
En parlant au greffe d’icelle,
Chargé faire savoir à tous les magistrats
De ladite chambre nouvelle
À ce qu’ils n’en ignorent pas ;
Déclarant ledit Sieur Mercure
Qu’il proteste de nullité
De tout ce qui a été,
Tant au fonds qu’en la procédure
Comme de juge incompétent,
Avec dépens cela s’entend.
Le tout sauf, et sans préjudice
Du droit au principal, fins de non-recevoir,
Autres moyens que peut avoir
Ledit Sieur requérant à poser en justice
Dépens, dommages et intérêts.
Délivré le présent,
Signé Cerf-volant.

 

  • 1. Autre titre: 1726. Requête du Mercure galant au Régiment de la Calotte.

Numéro
$4273


Année
1726

Description

110 vers


Références

F.Fr.12654, p.149-53

Mots Clefs
Mercure galant, Calotte,