Sans titre

Parmi tous les aspirants

A l'hymen de Pénélope,

Irus, plus hideux qu'Esope,

Irus se mit sur les rangs.

Ulysse vint : son épée

Du sang des rois fut trempée ;

Pour Irus, dès qu'il le vit,

Un coup de poing l'en défit1.

Parmi tous les aspirants
A l'hymen de Pénélope,
Irus, plus hideux qu'Ésope,
Irus se mit sur les rangs.
Ulysse vint : son épée
Du sang des rois fut trempée ;
Pour Irus, dès qu'il le vit,
Un coup de poing l'en défit2.

  • 1. Lorsque M. d'Argenson a été reçu à l'Académie française, il a eu des concurrents, entres autres l'abbé Le Blanc, cet auteur si haï et si méprisé. Cela a donné occasion au poète Roy de faire l'épigramme suivante, dans laquelle M. d'Argenson est comparé à Ulysse et l'abbé Le Blanc à Irus.
  • 2. Lorsque M. d'Argenson a été reçu à l'Académie française, il a eu des concurrents, entres autres l'abbé Le Blanc, cet auteur si haï et si méprisé. Cela a donné occasion au poète Roy de faire l'épigramme suivante, dans laquelle M. d'Argenson est comparé à Ulysse et l'abbé Le Blanc à Irus (Raynal)

Numéro
$3805


Année
1748

Auteur
Roy

Description

Huitain


Références

CLG Raynal, ed. Tourneux, I,174

Mots Clefs
marquis d’Argenson, abbé Le Blanc, élection à l'Académie