sans titre

Noailles et Genlis, deux mères de l’Église1,

Soulèvent tout le Parlement.

Soit qu’on les voie, soit qu’on les lise,

On est sûr d’être protestant.

 

Noailles et Sillery, ces mères de l’Église2,
Voudraient gagner le parlement ;
Soit qu’on les voie, ou qu’on les lise,
Par malheur on devient aussitôt protestant.

  • 1. Mme la duchesse de Noailles continue d’intriguer, de se démener. Elle court chez tous les conseillers au Parlement, à qui, en recommandant l’œuvre bizarre et ridicule des abbés Beauregard et l’Enfant contre les protestants, elle recommande en même temps les intérêts de l’Église et de l’État, qui ne permettent pas que ces réprouvés fassent des enfants légitimes. Son zèle a dicté une épigramme à deux tranchants que voici (M.)
  • 2. 31 décembre — [La maréchale de Noailles et la marquise de Sillery (ex Mme de Genlis) se mêlent fort dans les querelles de religion]. On vient d’accoupler ces deux dames dans un quatrain très piquant (M.).

Numéro
$5599


Année
1787 décembre

Description

Quatrain

Notes

A propos du nouveau statut des protestants


Références

Mémoires secrets, XXXVI, 337 - Correspondance secrète, t.II, p.211 - Mémoires de la baronne d'Oberkirch, t.II, p.382

Mots Clefs
maréchale de Noailles, marquise de Sillery, ex-Mme de Genlis, bas-bleus de religion