Le Testament de Lulli

Le testament de Lully par Piron
Je veux qu’après ma mort cent bardaches tout nus
Soient dessus mon tombeau superbement foutus,
Tous les Cordeliers récitant leurs offices
Aient leur vit bandant au cul de leurs novices ;
Que les Dominicains prêchent dans leurs sermons
Pour le profit du cul contre la loi du con ;
Que mes os soient vendus à des apothicaires
Pour servir de canule à donner des clistères,
Afin qu’après ma mort ainsi que j’ai vécu
Je sois encore utile au service du cul.

 

Numéro
$3149


Auteur
Piron

Description

Dizain


Références

Clairambault, F.Fr.12720, p.113 - F.Fr.13656, p.469 - Arsenal 3130, p.285 - BHVP, MS 580, f°46r

Mots Clefs
Lully, obscène, testament,