Dialogue de deux paysans dans l’église Saint-Denis

Dialogue de deux paysans

dans l'église Saint-Denis
Aga1, compère Michaut,
Vois-tu dans cette église
Ce grand bouteur d’impôts
Qui nous laissa que la chemise ?
S’il avait plus longtemps vécu
J’aurions montré le cu.

Morgué, disons-lui une antienne,
Afin que Dieu, par sa bonté,
Le boute en lieu de sûreté ;
Car j’ons trop peur qu’il ne revienne.


Autre début (F.Fr.12796):
Aga, tiens, compar Isabiau,
Lorgne-moi ce grand tombiau
Tout ainsi bien orné qu’une œuvre.
C’est là où gît ce flutté [sic] manœuvre,
Louis, ce père des traitants,
Qui nous plumait si finement.
Morgué, etc

 

  • 1. Ce mot, aujourd’hui en désuétude, était une exclamation de surprise et signifiait : regarde (syncope du verbe agarder, employé lui‑même pour regarder). Il était d’ailleurs rarement employé ; nous le trouvons au XVIe siècle dans Vauquelin de la Fresnaye : Aga, voilà celui / Duquel la France a reçu tant d’ennuy. (R)

Numéro
$0055


Année
1715

Description

Dixain

Notes

 Ci-gît 1083 - Autre version en $1689


Références

Raunié, I,62-63 - Clairambault, F.Fr.12695, p.643 -Maurepas, F.Fr.12628, p.75 - F.Fr.12796, f°56v - F.Fr.13655, p.35 et p.159 - Arsenal 2975/3, p.8 - BHVP, MS 639, p.54

Mots Clefs
Louis XIV, sarcellade