Les exploits de Louis XIV

Les exploits de Louis XIV1

Violer la nature aux dépens d’une armée2,

Transporter sur les monts la Seine courroucée3,

Forcer l’homme timide à devenir soldat4,

Donner droit aux traitants d’élire un magistrat5,

Abolir la noblesse, en faire de nouvelle6,

Traiter le droit des gens de pure bagatelle,

Enfreindre les traités sans honneur et sans foi,

Croire que l’univers n’est créé que pour soi,

Morguer avec mépris tous les rois de la terre7,

D’un long règne passer plus des deux tiers en guerre,

De ministres cruels ignorer les fureurs8,

Se livrer tout entier aux traîtres loyolistes,

Pis que de mécroyants traiter les rigoristes,

A mille honnêtes gens ravir la liberté,

Réduire tout son peuple à la mendicité,

Des bras d’un tendre époux enlever une femme9,

Confondre dans son sang le fruit de cette flamme,

De métaux recherchés se dresser un autel,

Enchaîner les humains aux pieds de l’Immortel,

Au milieu de la paix faire aux homme la guerre,

Par le fer et le feu en dépeupler la terre,

Accabler sous le poids du rang et de l’honneur

Des monstres d’un amour dont frémit la pudeur,

Avilir tout pour eux, dignités et naissance,

Voilà tout ce qu’a fait le héros de la France10.

  • 1. Autres titres: Les prouesses de Louis XIV (F.Fr.12500) - Vie du roi Louis XIV (F.Fr.12796)
  • 2. Le camp de Maintenon (Sautreau) (R)
  • 3. L’eau manquait à Versailles : Louis XIV fit établir à grands frais la machine de Marly, due au génie du mécanicien liégeois Rennequin Swalm, pour élever l’eau de la Seine. Comme elle semblait insuffisante, il songea à détourner l’Eure et à l’amener à Versailles, au moyen d’un aqueduc, par‑dessus les vallons et les montagnes. Cette entreprise gigantesque, à laquelle dix mille soldats travaillèrent durant plusieurs années, fut interrompue par les maladies pestilentielles et surtout par les guerres de la fin du règne. Il en subsiste encore des débris, immenses autant qu’inutiles. (R)
  • 4. Forcer le laboureur.
  • 5. Desmarets avait créé en 1712 des charges d’inspecteurs des finances pour contrôler les opérations des fermiers généraux ; mais les comptables, qui trouvaient cette institution incommode, obtinrent le droit d’acheter eux-mêmes ces charges et se mirent ainsi à l’abri de toute surveillance. (R)[
  • 6. « Le contrôleur général, Pontchartrain, vendit des lettres de noblesse pour deux mille écus en 1696 : cinq cents particuliers en achetèrent, mais la ressource fut passagère, et la honte durable. On obligea tous les nobles anciens et nouveaux de faire enregistrer leurs armoiries, et de payer la permission de cacheter leurs lettres avec leurs armes. » (Voltaire.) (R)
  • 7. Au milieu de la paix faire aux amis la guerre.
  • 8. Allusion à Louvois, qui imagina contre les protestants les dragonnades, et incendia le Palatinat. (R)
  • 9. Madame de Montespan (Sautreau) (R)
  • 10. Voilà tous les hauts faits du héros de la France.

Numéro
$0011


Année
1715

Description

26 alexandrins

Notes

 Ci-gît 1063


Références

Raunié, I,42-44 - Clairambault, F.Fr. 12695, p. 658-59 - F.Fr.12500, p.7 F.Fr.12796, f°28v-29r - Arsenal 2937, f°1115r - Lyon BM, MS 1674, f°94v-95r - Sautreau, III,472 (manquent les vers 9-16)

Mots Clefs
Louis XIV, mort, Bilan, Versailles, Pontchartrain, Desmarets, Montespan