Confession poétique, par un académicien des Arcades

Confession poétique,

par un Académicien des Arcades1
De petits vers pour Iris, pour Climène,
Dans les boudoirs m’avaient fait quelque nom.
Désir me prit de briller sur la scène ;
Mais j’y parus sans l’aveu d’Apollon.
Là comme ailleurs, s’achète la victoire :
A beaux deniers l’on m’a vendu la gloire ;
Mieux eût valu, ma foi, qu’on m’eût berné.
Que m’ont servi tant de prôneurs à gages ?
De mes succès, où sont les avantages ?
Un seul encore, et je suis ruiné.

  • 1. - 19 février. Monsieur Dorat ayant jugé à propos de se louer à outrance dans une Lettre d’une académicienne des arcades de Rome, on a pris la même tournure pour le dénigrer dans une épigramme attribuée à Messieurs Palissot et Clément. Il faut se rappeler que l’apologie roule principalement sur ses ouvrages dramatiques et sur le Malheureux imaginaire (Mémoires secrets). - L’épigramme est intitulée : – Epigramme sur ce qu'on disait que M. Dorat distribuait beaucoup de billets pour faire applaudir ses pièces de théâtre. Par M. Clément (F.Fr.13652,) – Epigramme au sujet des dépenses que M.Dorat fait, dit-on, pour soutenir ses pièces au théâtre (F.Fr.13652,II)

Numéro
$2402


Année
1777

Auteur
Palissot et Clément

Description

Dixain


Références

F.Fr.13652, p.159 et p.498 - Mémoires secrets, X, 42-43 - Choix d'épigrammes, p.151

Mots Clefs
Littérature, contre Dorat, auteur de théâtre