Sans titre

Oui, je fus un sot de t’aimer1,

Ou, je suis un fou de t’écrire ;

Si c’est là ce que tu veux dire,

Je peux ne m’en point alarmer.

A tes folles inconséquences

Tu sus l’art de m’accoutumer ;

Mais de plates impertinences

Avais-tu besoin de t’armer ?

Qu’importe ici mon secrétaire ?

Fut-il porteur de mon esprit,

Dans tout ce que j’ai fait ou dit

A toi, dans l’ombre du mystère ?

Se doute-t-il, le pauvre hère,

Que de tous tes attraits cachés

Ton joli cul que je préfère

Effacera plus de péchés

Que ta tête n’en pourra faire !

Adieu, Fanni, vivons en paix,

Et songe, P.*** adorable,

Que s’il entrait dans tes projets

De me faire donner au diable,

C’est à toi que je reviendrais.

  • 1. Je vous ai rapporté la mauvaise plaisanterie que Mlle Raucourt a faite au marquis de Villette. Voici la réponse que la belle a reçue de lui (Correspondance secrète)

Numéro
$6213


Année
1775

Auteur
Villette marquis de la

Description

22 vers


Références

Correspondance secrète, t.I, p.398

Mots Clefs
Le marquis de Villette prend congé de Mlle Raucourt, sa maîtresse