Sans titre

Venez à moi, grand et petit,

Entendre un étrange récit

D’un avocat à sa maîtresse1 ;

Pour lui témoigner sa tendresse

Avant d’en venir à l’hymen

Lui fit subir cet examen.

 

Ma belle, avant d’aller plus loin

Puisque nous sommes sans témoin,

Sans doute que vous savez lire

Et par conséquent bien écrire.

Car j’ai besoin de ces talents

Pour bien employer tout mon temps.

 

Dès que nous serons mariés,

Pour que de cœur soyons liés,

Il est bon de vous dire encore

Que les matins avant l’aurore,

Il vous faudra lire Cujas,

C’est un auteur dont je fais cas.

 

Tous les soirs, dès qu’il sera nuit,

Vous écrirez jusqu’à minuit

Mille et mille sortes de choses,

Des points de lois avec les gloses.

Voilà ce que de vous je veux

Quand nous serons unis tous deux.

 

Ceci mérite attention :

Mais j’y ferai réflexion,

Lui répondit la jeune fille,

Qui de le laisser tout seul grille

Pour aller conter tout ceci

A sa mère, à son oncle aussi.

 

Le corps à terre, prosterné,

Plutôt la mort que Dominé

(C’est le nom de l’homme d’affaires)

Dit-elle en pleurant à sa mère.

Oui, j’aime mieux mourir cent fois

Que d’épouser homme de loi.

 

Ma chère fille, levez-vous,

Il ne sera point votre époux.

Son oncle lui parla de même.

Finissez votre peine extrême.

Il vous le faut congédier,

Apportez vite du papier.

 

Vous apprendrez par cet écrit

Que vu mon trop petit esprit,

Je ne serai point votre femme

Et je le jure sur mon âme,

Domine labia mea,

Non aperies haut ni bas.

  • 1. Cette chanson a été faite sur le même avocat Dominé dont il a été parlé dans les couplets précédents [$6542], et cette aventure lui arriva peu de temps avant la bastonnade, ce qui prouve que c’était un esprit bien extraordinaire. (M.)

Numéro
$6543


Année
1743

Sur l'air de ...
Pendus

Description

8 x 6


Références

Mazarine Castries 3988, p.200-03

Mots Clefs
L'avocaat Dominé veut se marier