Couplet sur la disgrâce de M. de l'Averdy

Couplet sur la disgrâce de M. L'Averdy1
Le roi, dimanche
Dit à l’Averdy
Dit à l’Averdy
Le roi, dimanche,
Dit à l’Averdy :
Vas-t’en lundi.

  • 1. 30 novembre.La Bourbonnaise est une chanson répandue dans toute la France. Sous les paroles plates et triviales de ce vaudeville, les gens à anecdotes y découvrent une allégorie relative à une créature, qui du rang le plus bas et du sein de la débauche la plus crapuleuse, est parvenue à être célèbre et à jouer un rôle. On ne saurait mieux rendre l’avilissement dans lequel est tombé M. de Laverdy depuis sa chute, que l’association que le public semble en faire avec cette femme perdue, en le chansonnant avec elle. Voici le couplet (Mémoires secrets)

Numéro
$2200


Année
1768

Sur l'air de ...
la Bourbonnaise

Description

Sizain


Références

F.Fr.13651, p.307 - Mémoires secrets, II, 1031

Mots Clefs
L'Averdy, disgrâce