La mort de Louis XIV

La mort de Louis XIV1

Cet homme qu’une indigne et basse flatterie

Sur un piédestal criminel

Expose à tous les yeux comme étant immortel2,

Et pour qui, sans la peur d’un trait de raillerie,

La courtisane idolâtrie

Aurait fait dresser un autel.

Cet homme, dis-je, insatiable

Vient de mourir insolvable,

Et son peuple affligé, indigent, malheureux,

N’a de tous ses exploits qu’un souvenir affreux.

Ah ! si vingt ans plus tôt la Parque

L’eût mis du noir Caron dans la plaintive barque,

Nous en gémirions moins, et si par son ciseau

Elle eût coupé le fil de sa trop longue vie,

Alors lui‑même, sans envie,

Jouirait parmi nous d’un glorieux tombeau.

Mais en disciple trop crédule

On le vit jusqu’à son déclin

Respecter d’Ariston3 l’hypocrite férule,

Et tel que le grand Constantin

Qui, vainqueur de l’arianisme,

D’un Eusèbe4 arien donna dans le sophisme,

Cet homme qui dompta les enfants de Calvin5

Mourut, par le même destin,

Entre les bras du molinisme6 ;

Enfin si de la mort par un indigne effroi,

Ce prince pour Tellier eut une entière foi,

Cet homme si grand par lui‑même

Se laissa gouverner par ce fin conducteur,

Et soumit son pouvoir suprême

Aux intérêts cachés d’un si fier séducteur7.

  • 1. Autre titre: Vers sur le roi Louis XIV (F.Fr.10475)
  • 2. Le monument de la place des Victoires, élevé en l’honneur de Louis XIV par le duc de La Feuillade, portait l’inscription : Viri immortali (cf. infra le poème Place des Victoires) (R)
  • 3. Le P. Le Tellier. (R)
  • 4. Pamphile Eusèbe, évêque de Césarée. Son orthodoxie a été contestée, parce qu’il chercha une conciliation impossible entre les erreurs d’Arius et les croyances de saint Athanase. Il jouit d’une grande faveur auprès de Constantin, et obtint de ce prince le rappel d’Arius exilé. (R)
  • 5. — Par la révocation de l’édit de Nantes (1685) et les mesures tyranniques qui en furent la conséquence, Louis XIV essaya de détruire le protestantisme en France. (R)
  • 6. Les molinistes acceptaient la doctrine sur la Grâce, professée par le jésuite espagnol Louis Molina et combattue par l’évêque d’Ypres, Jansénius, et par ses disciples. (R)
  • 7. « Il avait à venger ses injures particulières. Les jansénistes avaient fait condamner à Rome un de ses livres sur les cérémonies chinoises ; il était mal personnellement avec le cardinal de Noailles. » (Voltaire, Siècle de Louis XIV.) (R)

Numéro
$0006


Année
1715

Description

31 vers, alexandrins et octosyllabes

Notes

 Ci-gît 1058


Références

Raunié, I,27-28 - Clairambault, F.Fr. 12695, p.672/P - F.Fr.10475, f°143 - F.Fr.13655, p.215

Mots Clefs
La mort de Louis XIV, jansénisme, protestantisme, Le Tellier