sans titre

Amis, vive la Caravane1 !

Lisez l’article de S**

Nargue à Didon : vive la Caravane !

Atys est l’opprobre de l’art.

Fi de Renaud ! vive la Caravane !

Oreilles à S** pourtant ne manquent pas,

Mais oreilles qu’avait le palefroi de Jeanne,

Et que l’on vit, en pareil cas,

Orner la tête de Midas.

Pour ces oreilles-là, vive la Caravane.

  • 1. La Caravane de Grétry, placée entre Didon et Chimène, fait une assez pauvre figure ; mais quand on veut être partout, il est difficile d’être toujours bien. Au reste, il est fort protégé de la Cour, et démesurément exalté dans le Mercure par mon confrère S**, le premier des gluckistes du monde, qui trouvant cent défauts pour un dans Didon, n’en a pas vu un seul dans la Caravane, c’est ce qui a donné lieu à cette chanson épigrammatique. - M. Suard, de l'Académie française, ayant rendu compte dans le Mercure de France de l'opéra de Didon, et de celui de la Caravane, de manière à faire croire que le dernier était bien supérieur à l'opéra de Piccini, les partisans de ce compositeur l'ont vengé par l'épigramme suivante (Kageneck)

Numéro
$5753


Année
1784

Description

Dizain


Références

La Harpe, CL, t.IV, p.207 - Kageneck, p.514-15

Mots Clefs
La Caravane de Grétry