Les Exploits de M. Hérault

Certes, c’est jouer trop gros jeu,
Petit lieutenant de police1:
Mal prend à qui s’en prend à Dieu.
Certes, c’est jouer trop gros jeu,
La honte ici, là-bas le feu,
De tes pareils est le supplice.

Crottes, lanternes et catins,
Furent jadis ton seul office ;
Tu quittes, pour vexer les saints,
Crottes, lanternes et catins ;
C’est trop, pour plaire aux Girardins2,
Contre le ciel d’entrer en lice3.

Aussi scélérat que Nathan,
Sans foi ni loi, sans crainte aucune ;
Homme plus fourbe que Satan,
Aussi scélérat que Nathan,
Le prêtre de Baal t’attend
Pour avoir part à sa fortune.

Ton Dieu fut ce vieux cardinal,
Qui doit tomber en pourriture ;
Suppôt du ministre infernal,
Ton Dieu fut ce vieux cardinal,
L’un et l’autre nés pour le mal,
Tous deux l’horreur de la nature.

Apprends-nous quel est ton dessein4 :
Pourquoi fermer le cimetière
Où reposent les os d’un saint5 ?
Apprends-nous quel est ton dessein ;
Tu défends l’abord d’un terrain,
Aux malades si salutaire.

Les miracles que fait Pâris
Ne sont pas de ta compétence,
Et, sans rougir ; tu les proscris,
Les miracles que fait Pâris ;
Contre le saint tu te roidis.
Qui t’a donné cette licence ?

Tu fais des projets merveilleux,
Et rien n’échappe à tes lumières.
Pour contenter des furieux,
Tu fais des projets merveilleux.
Tu fouilles jusque dans les lieux,
Les caves, les puits, les gouttières.

L’exil, la prison, le carcan,
Sont les armes de ta malice.
Sous toi, l’on souffre injustement
L’exil, la prison, le carcan.
Ton tribunal est constamment
Le tribunal de l’injustice.

Le jeune homme que tu surpris
Rendit ta trahison publique,
T’attira de nouveaux mépris.
Le jeune homme que tu surpris
Sur le tombeau de saint Pâris,
Il a fait ton panégyrique6.

Un jour on lira tes exploits
Gravés au temple de Mémoire ;
Tu fais la guerre en mille endroits,
Un jour on lira tes exploits !
Sainte-Barbe7, les Trente-Trois8,
Saint-Médard t’ont couvert de gloire.

Le beau projet, le rare exploit !
Tu tiens une tombe investie9;
Pour un robin le digne emploi.
Le beau projet, le rare exploit !
Tremble, malheureux, que sur toi
Le saint ne fasse une sortie.

On rit des informations
Qu’à la Bastille tu fis faire
Sur le fait des convulsions10,
On rit des informations !
Tous les témoins sont des fripons,
Le juge est un fourbe, un faussaire.
On rit des informations
Qu’à la Bastille tu fis faire.

 

  • 1. Les jansénistes ne ménagèrent pas leurs attaques au magistrat intègre qui exécutait scrupuleusement à leur égard les ordres de la cour. Ils croyaient d’ailleurs, comme l’affirme le marquis d’Argenson, qu’il provoquait les rigueurs du pouvoir : « Un petit M. Hérault, vil atome de Loyola, qui, avec quelque sorte d’éloquence insinuait à ce vieux prêtre la crainte et l’espérance de la bulle Unigenitus, et lui faisait valoir comme actions dangereuses de haine les moindres reproches des jansénistes indépendants. » (R)
  • 2. Les jésuites, ainsi nommés à cause du père Girard. (M) (R)
  • 3. catins / Lucifer et les girardins / Te feront chef d leur justice / Crottes (Clairambault)
  • 4. Stromates débute ici.
  • 5. « Enfin, on s’est lassé du spectacle des convulsions de Saint‑Médard, et le Roi, par ordonnance du 27 janvier, a ordonné que la porte du petit cimetière sera toujours fermée, qu’on n’y entrera que pour inhumations, et défenses de s’assembler autour et ailleurs, dans les rues, maisons et places, à peine de désobéissance, de punition exemplaire. »(Corresp. de Marais.)
  • 6. L’Abrégé chronologique raconte ainsi les faits rappelés dans ce couplet : « Martin Gontier, intimidé par les menaces de M. Hérault, signe contre sa propre conscience un procès‑verbal dans lequel on lui fait dire que ses convulsions sont volontaires… Touché de sa faute, il retourne à Saint‑Médard, et, en présence de plusieurs conseillers du Parlement et d’une multitude de peuple, il demande pardon à Dieu sur le tombeau du mensonge qu’il a commis chez le lieutenant de police ; il prie les assistants d’attester avec lui par leurs signatures la déclaration qu’il vient de faire. » — (Janv.)
  • 7. Séminaire fermé pour cause de jansénisme.
  • 8. « Lettre de cachet qui exile le supérieur des Trente-Trois. Les Sulpiciens s’emparent de cette communauté, la seule école de Paris qui fût encore saine pour la théologie. Les écoliers se retirent, l’on change les administrateurs. M. Hérault est du nombre de ceux qu’on leur substitue. » (Abrégé chronolog., 7 nov. 1731.) (R)
  • 9. Le tombeau du diacre Pâris fut longtemps gardé par les archers, et l’on posta dans l’église Saint‑Médard des exempts chargés d’arrêter tous ceux qui auraient des convulsions. (R)
  • 10. « Quant aux personnes qui avaient des convulsions, on les a mises à la Bastille ; plusieurs ont avoué qu’elles se donnaient ces convulsions quand elles voulaient, et plusieurs aussi se sont dédites publiquement. M. Chirac et M. de La Peyronie ont examiné avec plusieurs autres médecins et chirurgiens ces convulsionnaires, et ont donné leurs certificats constatant qu’ils éprouvaient ces convulsions à volonté ; ce qui s’est passé à ce sujet a fait dire aux jansénistes modérés qu’on devrait punir ces sortes de gens pour s’être moqués de la religion : ils sont tous sortis de la Bastille sans qu’on leur ait infligé d’autres punitions. » (Mémoires de Maurepas.) (R)

Numéro
$0761


Année
1731 (Castries) / 1732

Sur l'air de ...
Triolets (Castries) / Le 1er jour du mois de mai

Description

12 x 6 avec répétition du premier vers

Notes

On trouve souvent une forme qui ne reproduit que les deux premières strophes en répétant les deux premiers vers à la fin de la première. Hérault est supposé y répondre en $3766.


Références

Raunié, VI, 2-6 - Clairambault, F.Fr. 12701, p. 457 - Clairambault, F.Fr. 12704, p. 27-31 - Maurepas, F.Fr.12632, p.452-55 - F. Fr.10476, f°109r (deux premières strophes) et f°157v-159v - F.Fr.12674, p.434-41 - F.Fr.12800, p.366 (4 premières strophes) -F.Fr.15133, p. 108-09 -  Arsenal 2932, f°62r-66r  - Arsenal 2962, p.539-40 -  Arsenal 3133, p. 211-12 - Arsenal 3116, f° 134r-135v -Stromates, I, 137-38 -  BHVP, MS 658, p.263-66 - Mazarine, MS 2164, p.383-84 - Mazarine Castries 3985, p.119-25 - BHVP, MS 542, p.142-46 (sans les deux premiers couplets) - BHVP, MS 548, p41 (deux premiers couplets) - Grenoble BM, MS 587, f° 172 (deux premiers couplets) - Barbier, II, 245 (deux premiers couplets) - Bouhier-Marais, IV,319

Mots Clefs
Jansénisme, Saint-Médard, Hérault, Sainte-Barbe, Trente-trois