Le Schisme

Le schisme1
Voici venir le schisme,
Commère, j’en ai le frisson ;
Adieu donc, catéchisme,
Salut, vêpres, sermons,
Notre curé est décrété2.
J’ons vu ces damnés de recors,
Qui venions pour le prendre au corps.
Dis-moi, dame Pérelle,
Toi qui lis dans les almanachs,
Quelle est la péronnelle
Qui fait tant de fracas.
C’est, dit-on, le greluchon
De dame Constitution,
Qui la mène en confession.
Le Parlement de France,
Qui n’aime pas cette guenon,
Contre la manigance
A fait grand carillon.
Malgré les cris
Et les écrits
Du savant évêque Gergy
Et de l’archevêque de Paris,
Il veut que les jansénistes
A l’agonie soient traités
Ainsi que les molinistes,
Et en saints lieux enterrés :
Que nos curés
Soient disposés
A donner la communion
Sans billets de confession,
Et que dame la Bulle,
Qui vient troubler notre Credo,
Loin d’avancer recule
Jusques dans son tripot.
Notre bon Roi
Tremble d’effroi
Que notre antique et sainte loi
N’aille bientôt en désarroi ;
Prions Dieu, ma commère,
Qu’il n’en arrive point mal
Et que cette commère
Soit mise à l’hôpital.

  • 1. - Août 1752 (Arsenal 2964) par deux commères du port au blé (F.Fr.10479) - Le frère Bouettin, curé de Sainte Geneviève, qui avait en 1749 refusé les sacrements à M. Coffin, suspect de jansénisme, persistait dans ses refus à l’égard de toutes personnes non munies de billets de confession, et son exemple trouvait, à Paris comme en province, de nombreux imitateurs. Dès lors la lutte entre les molinistes et le Parlement fut de tous les instants, et se poursuivit avec un acharnement qui eut pour les deux partis les plus funestes conséquences. (R)
  • 2. Nombre de curés furent décrétés de prise de corps par le Parlement, entre autres, Duval, curé de Saint-Georges d’Abbeville et son vicaire, le curé de Joigny, Lambert, porte-dieu de Saint-Jean en Grève, le vicaire et les deux porte-dieu de Saint-Étienne-du-Mont. Certains prenaient la fuite sans attendre d’être jugés ; c’est ainsi qu’au mois de juillet il n’y avait plus, dans la paroisse Saint-Étienne-du-Mont, ni curé, ni vicaire, ni porte-dieu. (R)

Numéro
$1113


Année
1752 août

Sur l'air de ...
Laissez paître vos bêtes

Description

42 vers


Références

Raunié, VII,208-10 - F.Fr.10479, f°144r-145r - Arsenal 2964, f°147r-148r - BHVP, MS 599, f°38r

Mots Clefs
Jansénisme, refus de sacrements, Bouettin, Languet de Gergy, menace de schisme, langage poissard