Sans titre

Un loyoliste à face étique1,
D’un air saintement furieux,
Traita Montgeron d’hérétique
Et de sujet séditieux.
C’était un crime punissable
D’oser présenter à son Roi
Un imprimé contre la foi
Et contre une bulle adorable ;
Mais que cet horrible attentat
Eût pu partir d’un magistrat,
Certes le cas était pendable. —
Tout doux, tais-toi, père Guignard2,
Un livre n’est point un poignard.

  • 1. Epigramme à l'occasion du livre des miracles de M. l'abbé Pâris que M. Carré de Montgeron conseiller au Parlement présenta au Roi à Versailles au mois de juillet 1737 pour quoi il a été mis à la Bastille et exilé ensuite à [sic] (Arsenal 3133)
  • 2. Jean Guignard, jésuite, régent et bibliothécaire du collège de Clermont, condamné à mort en 1595 pour crime de lèse‑majesté. On avait trouvé dans ses papiers des écrits injurieux pour Henri IV et une apologie du meurtre de Henri III. (R)

Numéro
$0854


Année
1737 août

Description

13 vers

Notes

Une autre version en $6490


Références

Raunié, VI,183 - Clairambault, F.Fr.12707, p.263 - Maurepas, F.Fr.12634, p.264 -  F.Fr.13662, f°65r-66r - F.Fr.15148, p.286-87 - Arsenal 3133, p. 402-03 - Arsenal 3128, f°104r et f°264v - Barbier, III, 97

Mots Clefs
Jansénisme, Montgeron, comparaison avec Guignard