Chanson

Or écoutez avec horreur
L’histoire d’un grand directeur
Qui a baisé la sœur Cadière
Et par devant et par derrière
Et par derrière et par devant
Quand elle était dans l’accident.

La fille qui n’en savait rien
Croyait le Père bon chrétien
Mais parfois sortant de l’extase
Elle surprit tant ce viedaze
Qu’elle sentit le lavement
Et par derrière et par devant.

La Société le reprit
D’avoir si mal placé son vit.
Vous me condamnez sans m’entendre
Lui dit le Père d’un air tendre
Je l’ai par accommodement
Mis par derrière et par devant.

Le bon Père de Sabatier
N’a-t-il pas gâté le métier ?
Depuis qu’il est roi de Navarre,
Ne suit-il pas le goût bizarre
De voir la femme par devant
Et de renoncer aux enfants ?

Or prions donc cet impuissant1
De pardonner aux innocents,
Et vous, bons pères de famille,
Gardez soigneusement vos filles
Et vos femmes et vos enfants
Et par derrière et par devant.

  • 1. Or prions donc le tout-puissant (F.Fr.15231), qui paraît préférable.

Numéro
$1885


Année
1731 (Castries) / 1732

Sur l'air de ...
Pendus (Castries) / Par derrière et par devant

Description

6 x 5


Références

Clairambault, F.Fr.12702, p.199-200 -  F.Fr.12675, p.26 -F.Fr.15133, p. 53-55 -  F.Fr.15137, p.23-25 -F.Fr.15145, p.391-94 -  F.Fr.15231, f°115r - F.Fr.15243, f°109r - F.Fr.23859, f°1v-2r - Mazarine Castries 3985, p.68-69

Mots Clefs
Jansénisme, Girard/Cadière, obscène, Père Sabatier