Désespoir. Elégie en lamentation

Désespoir
Élégie en lamentation


Aleph
Il vaut mieux partir pour la Mecque
Que de s’arrêter à Toulon
Avec le néophyte évêque
Qu’on veut encore donner pour bon.

Beth
Aide-moi, Dieu Mamon, à chanter ton système
Puisque c’est toi qui l’a conduit
Par lui le vice est introduit
Et va nourrir la vertu même.

Vau
Le crime aura bientôt l’honneur du diadème
Et si l’autorité suprême
Ne répand ses rayons sur cette sombre nuit
Le bon sera proscrit et l’innocent détruit.

Caph
Déjà les nœuds sacrés sont cassés comme un verre
Les sacrements tombent par terre,
Leurs ministres sont mal formés
Et tous les mauvais conformés.

Res
Aux saints on déclare la guerre
Sur eux seuls tombe le tonnerre
Les sorciers vont être prorogés [?]
Et les bons moines révoqués.

Samech
Pieuse invention et gloire de nos pères,
Saints asiles, bons séminaires
Qu’êtes-vous devenus ?
Ce n’est plus qu’un beau nom1.

Meth
A des loups ravissants la nonnain est livrée
Et du relâchement tout porte la livrée
Ce combat si nouveau dans un cloître donné
Dit bien haut qu’à l’erreur tout est abandonné.

Teth
Les témoins menacés, corrompus ; violence
Règne partout, partout vengeance.

Lamed
Sous lui nos juges sont si bons, si chrétiens
Que les crimes nouveaux effacent les anciens.

Daleth
Ce n’est que par valets, par prêtres et artifices
Qu’on parvient aux emplois, ordres et bénéfices
Et dès qu’à son caprice on est abandonné
Sans peine on obtient tout et tout est pardonné
On prend la défense totale
Des corrupteurs anciens et nouveaux en morale.

Daleth
Saints prélats, fondateurs de tant de missions
Voyez comme on répond à vos intentions.
Bons Oratoriens gardez votre science
Et gardez aussi le silence2.

Nun
Il n’est point contre vous de noires passions.
Faut-il bien faire honneur aux constitutions.

Jod
A vous anéantir on met toute sa gloire
De vos vertus on fait sa plus douce victoire
Et pour être votre vainqueur
On n’a besoin que d’être armé d’un mauvais cœur
Sur vos débris croissent les crosses ;
Vos biens ravis font rouler les carrosses.

Teth
Témoin le Théatin nommé pour Mirepoix3
Qui ne demandait une croix
Que pour vous étendre sur elle,
Ambition noire et cruelle !
Point d’horreur pour l’impiété.

Tain
Il n’est point d’autre Dieu que la Société
Et ce n’est point idolâtrie
Mais la Société flétrie
Ne pouvait expier qu’en perdant son honneur
La honte d’avoir fait un si digne pasteur
Il n’en faut plus faire mystère
Le Ciel le voit dans sa colère
Et ne cesse d’être irrité
Du triomphe trop long de tant d’iniquité
Dieu semble être las d’être bon père
C’est pour vous, ennemie du bien, de la vertu,
Que le siècle d’Élie est enfin revenu4.
Ah ! fondez-vous en eau, porchers du sanctuaire,
Pleurez, arrachez-nous du sein de la misère.

Jerusalem, Jerusalem, Convertere ad Dominum Deum Tuum.

  • 1. On y dresse à chanter plus qu’à la dévotion. (M.)
  • 2. C’est que M. Jacquart, évêque de Toulon a fondé une mission à la cathédrale les derniers jours de carnaval, que les PP. de l’Oratoire prêchaient autrefois. Ils ne prêchent plus cette mission depuis qu’ils sont réputés jansénistes quoiqu’ils tirent toujours l’argent de la fondation. (M.)
  • 3. le Père Boyer, Théatin, nommé évêque de Mirepoix. (M.)
  • 4. Du temps d’Élie on resta trois ans sans pluie. Cela fait allusion à la grande sécheresse qui a régné cette année 1731 qui a duré plus d’un an. (M.)

Numéro
$2025


Année
1731

Description

Succession de tirades prononcées par des personnages différents.

Notes

Texte atypique se présentant comme une succession de tirades.


Références

F.Fr.23859, f°104r-105r

Mots Clefs
Jansénisme, Girard/Cadière, jésuites