Sonnet

Sonnet1
D’un insolent arrêt infâmes précurseurs,
Que vos conclusions montrent peu de prudence;
Que sur le même fait cette énorme distance
Montre d’iniquité dans le fond de vos cœurs.

Du temple de Thémis hardis profanateurs
Vous voyez sans trembler, quelle insigne prudence,
Le crime et la vertu, dans la même balance,
Et le crime triomphe, O Ciel ! O temps ! O mœurs !

Il n’est pour ce forfait ni retour, ni clémence ;
L’esprit sain est blessé, malheur à qui l’offense :
Qui veut sauver Girard, combat pour Lucifer.

Assemblage odieux de têtes criminelles,
Je fuis déjà ; sur toi je vois les étincelles
Des flammes de Sodome et des feux de l’enfer.

 

  • 1. *Sonnet sur les conclusions données par les deux procureurs et les trois avocats généraux dont deux ont opiné à la mort du Père Girard et trois autres à l’innocence du même père et à la mort de Mlle Cadière.

Numéro
$1932


Année
1731

Description

Sonnet


Références

F.Fr.15020, f°263v-264r - F.Fr.23859, f°26v-27r - Besançon BM, MS 561, p.156

Mots Clefs
Jansénisme, Girard/Cadière, imprécations après le jugement du parterre d'Aix