Réponse à cette chanson [$1904]

Réponse à cette chanson
Quand pour chasser d’un si beau corps
Un démon moliniste,
Il a fallu tous les efforts
D’un habile exorciste,
Le fait n’est pas bien surprenant.
C’est que votre bon père
L’avait fait entrer par devant
Et glisser par derrière.

Pourquoi vous en prendre à Chaudon
Si ses écrits sincères
Osent donner plus d’un lardon
A vos révérends pères ?
Il n’est pas de vos ennemis,
C’est moi qui vous l’atteste
Et tant d’autres faits omis
Pardonnez-lui le reste.

Je veux que son factum soit lu
Des filles de Cythère.
Qu’importe pourvu qu’il ait plu,
Ce n’est pas une affaire
Bien différente de cet esprit
Dont la tardive plume
De Cadière a pris les écrits
Pour en faire un volume.

Il est fâcheux pour Pazery1
Que dans cette rencontre
Son ouvrage soit au décri
Même avant qu’il se montre.
Tel est de l’injuste lecteur
Le caprice funeste,
On bâille au seul nom de l’auteur.
Jugez, Messieurs, du reste.

Mais cependant ne croyez pas
Que de si beaux ouvrages
Soient superflus ; chacun saura
En faire maint usage,
Et s’ils ne peuvent à nos yeux
Jeter de la poussière,
Ils sauront allumer les feux2
Qu’on prépare au bon père.

  • 1. Avocat du parti de la Cadière.
  • 2. Ils serviront pour mettre feu / Au bûcher du bon père.

Numéro
$1905


Année
1731

Sur l'air de ...
Si dom Julien

Description

5 x 8

Notes

Réponse [à $1904] par les Cadières sur l'air si Don Julien (Turin)


Références

F.Fr.23859, f°16r-17r - Turin, p.26-28

Mots Clefs
Jansénisme, Girard/Cadière, Chaudon contre Pazery