Calotte pour M. de Ville, avocat

Calotte pour M. de Ville, avocat
De par le dieu porte-marotte,
Nous, général de la Calotte,
À ceux qui ce brevet liront
Ou bien qui lire l’entendront
Salut. Attendu que de Ville
Dans l’art de penser très habile
Nous montre désir véhément
D’illustrer notre Régiment,
Vu les titres et le mérite,
Les talents d’ardent [?] prosélyte,
Son amour pour la chasteté
Et le vœu si bien concerté
Par lequel pendant triennaire
À l’hymen refusant salaire
Fait qu’on lui destine soudain
Logement près des Mathurins
Et sachant avec certitude
Qu’il fait dès longtemps son étude
De [?] et concision
De prévoyance et d’attention
Et qu’il ne craint point de répondre
À Chaudon croyant le confondre,
Quoique cet illustre orateur
Des Ignatiens soit la terreur,
Depuis que pour le manifeste
Il a plume légère et leste.
À ces causes, lui concédons
Épaisse calotte de plomb
Ornée de grandes oreilles
Qui ne trouvent pas leurs pareilles
Et médaille en superlatif ;
De plus, privilège exclusif
Envers contre tous et le reste
De travailler au manifeste.
Tel est l’emploi que lui donnons
Par ce brevet que nous signons
Mais gratis ; pour qu’il ne travaille,
Lui léguons toute la limaille
Que limes douces produiront
Quand pour s’échapper de prison
Adviendra que femmes et filles
En limeront et fers et grilles.
Scellé du grand sceau de Momus
Selon nos usages et nos us.
Fait en l’an que l’on vit la justice
Se prêter aux horreurs du vice.

 

Numéro
$2044


Année
1731

Description

46 vers


Références

F.Fr.23859, f°159

Mots Clefs
Jansénisme, Girard/Cadière calotte, de Ville, avocat, favorable à Girard